Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le Cap-Breton profite toujours de l'effet Trump pour attirer les touristes

Les demandes d'immigrations ont diminué, mais l'intérêt des touristes persiste.

L'intérêt des Américains envers le Cap-Breton depuis le lancement du site « Cape Breton if Trump Wins » a diminué au cours des dernières semaines, mais les effets se font encore sentir.

Le site internet qui promeut le Cap-Breton en tant que refuge pour les Américains ayant peur de Donald Trump à la présidence des États-Unis était le sujet d'une table ronde lors d'une réunion de l'industrie touristique à St-Ann jeudi.

Le créateur du site, Rob Calabrese dit toujours recevoir des demandes et des appels. « J'ai fait une entrevue pour une radio de Chicago mercredi, » affirme-t-il.

Une équipe de cinéma de New York est au Cap-Breton en ce moment et un journaliste japonais s'y rendra la semaine prochaine.

La PDG de Destination Cape Breton, Mary Tulle, donne le crédit à Rob Calabrese en ce qui a trait à l'augmentation marquée de L'intérêt envers le Cap-Breton.

Elle donne l'exemple de cet homme qui n'avait jamais entendu parler de cette région et qui a réservé une pleine semaine au Keltic Lodge d'une valeur de 5000 dollars.

On trouve désormais un nouveau site internet qui regroupe des informations sur le Cap-Breton. Le site est divisé en quatre sections, l'immigration, les possibilités d'emplois, le logement et l'éducation.

De son côté Rob Calabrese prend un peu de recul quant à son site. Il avoue que le trafic y est plutôt restreint en ce moment, attribuable selon lui à la défaite de Donald Trump au Wisconsin.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.