Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

La Corée du Nord dit avoir testé un moteur de missile intercontinental

SÉOUL, Corée, République de — La Corée du Nord a annoncé samedi avoir testé le moteur d'un nouveau missile balistique intercontinental qui lui permettrait de mener des frappes nucléaires aux États-Unis.

L'essai, s'il se révèle véritable, constituerait une grande étape dans le cadre du programme nucléaire de la Corée du Nord, qui a effectué son quatrième test nucléaire plus tôt cette année.

Mais Pyongyang a encore beaucoup de travail à faire avant de pouvoir atteindre les États-Unis avec ses missiles nucléaires. Selon des représentants de la Corée du Sud, le pays ne dispose pas d'un missile balistique intercontinental fiable, et encore moins de la capacité de l'armer d'une ogive nucléaire.

L'essai, annoncé par l'agence de presse officielle de l'État nord-coréen, est le dernier affront de Pyongyang à l'égard de Washington et de ses alliés.

Récemment, la Corée du Nord a lancé des missiles balistiques de moyenne portée, à l'encontre des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies, qui interdisent toute activité balistique au pays. Il s'agissait des premiers tirs de missiles de moyenne portée depuis le début de l'année 2014.

Pyongyang a également menacé de mener des tirs nucléaires préventifs contre les États-Unis et la Corée du Sud, en plus d'avoir lancé des missiles à courte portée et de l'artillerie dans la mer — une réaction apparente aux exercices militaires des deux pays et aux sanctions imposées par l'ONU.

Certains analystes croient que l'attitude belliqueuse du dirigeant Kim Jong-un s'explique par la tenue d'un congrès de son parti, le mois prochain, où il tentera d'asseoir son autorité. Les menaces répétées de la Corée du Nord visent vraisemblablement à rassembler le peuple derrière Kim Jong-un contre les ennemis extérieurs.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.