Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Cap-Breton connait un boom touristique grâce à Donald Trump

La campagne présidentielle américaine a des conséquences surprenantes de notre côté de la frontière. Et l'île néo-écossaise du Cap-Breton en profite.

Il y a deux mois, un Néo-Écossais a créé le site web «Cape Breton if Donald Trump Wins» (Cap-Breton si Donald Trump Gagne), encourageant les Américains à déménager sur l'île si le controversé homme d'affaires accède à la présidence.

Depuis, la petite communauté a su piquer l'intérêt des Américains. Le réseau CNN a même envoyé une équipe en reportage sur l'île pour voir ce qu'elle avait à offrir.

Le site web, créé par Rob Calabrese, présente Cap-Breton comme un endroit magnifique pour se réfugier. Et jusqu'à maintenant, le coup de pub fonctionne, comme l'a expliqué le PDG de Destination Cape Breton Mary Tulle à CBC News.

L'engouement se manifeste notamment par une hausse de 15 à 20 pour cent des réservations au Keltic Lodge Resort and Spa, dans la communauté de Ingonish.

Le gérant de l'établissement, Graham Hudson, a raconté à la Presse canadienne que le téléphone a commencé à sonner au lendemain de la diffusion du reportage de CNN.

M. Hudson explique que ses employés ont remarqué une forte hausse du tourisme américain sur l'île. Toutefois, l'achalandage pourrait aussi être influencé par la faiblesse du dollar canadien.

Rob Calabrese a assuré à CBC News que l'intérêt pour Cap Breton ne s'est toujours pas estompé. Il prévoit rencontrer une équipe de tournage de New York pour parler de l'île. Il admet cependant que le trafic sur son site web a quelque peu diminué.

Il croit par contre que Cap-Breton pourrait connaître un autre regain de popularité au cours des prochains mois.

«Il reste encore plusieurs mois avant l'élection. On va voir comment ça va se développer», a-t-il déclaré.

Cet article initialement publié sur le Huffington Post Canada a été traduit de l’anglais.

INOLTRE SU HUFFPOST

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.