Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Les supporteurs des Oilers volent la vedette

Il n'y a pas eu de chandails lancés sur la patinoire pour le dernier match des Oilers à la Place Rexall. Personne n'a été hué, même pas Kevin Lowe, très souvent pris à parti par les partisans des Oilers. Les 16 839 spectateurs ont même reçu la première étoile du match.

Un texte de Patrick Henri

Les amateurs de hockey rassemblé dans l'amphithéâtre, autrefois connu sous le nom de Northlands Coliseum, ont eu droit à un excellent dernier match de leur équipe favorite. Les Oilers ont battu Canucks de Vancouver 6-2.

Dès le début de la rencontre, les supporteurs ont fait sentir leur présence et le volume montait d'un cran après chaque but marqué par les Oilers.

Patrick Maroon, qui s'est joint à l'équipe à la date limite des échanges, n'en revenait tout simplement pas de l'intensité qu'il y avait dans les gradins.

Personne ne sort...

Il y a eu une pause d'une trentaine de minutes entre la fin de la rencontre et le début de la célébration, marquant le 1429e et dernier match de saison régulière des Oilers à la Place Rexall.

Dès que l'Orchestre symphonique d'Edmonton a joué ses premières notes, tous ont rapidement regagné leur place. Contrairement aux matchs des dernières semaines, il y avait très peu de sièges inoccupés.

Fernando Pisani a été le premier des quelque 150 anciens anciens joueurs, présenté à la foule. Celui qui a été un des héros lors des séries éliminatoires de 2006 a reçu une très belle ovation des spectateurs.

Si les ovations à Wayne Gretzky, Mark Messier et Paul Coffey étaient prévisibles, celles réservées aux membres de l'édition actuelle des Oilers l'étaient beaucoup moins.

Le directeur général, Peter Chiarelli et l'entraîneur-chef Todd McLellan ont été aussi acclamés, un signe que, malgré une saison décevante, les amateurs croient que l'équipe est finalement sur la bonne voie.

Beaucoup d'amour pour Ryan Smyth et Georges Laraque

Quand Ryan Smyth a fait son entrée sur la patinoire, les amateurs se sont levés d'un bond pour l'accueillir. Même chose quand son tour est venu de répondre aux questions d'un des deux animateurs de la soirée.

L'ancien dur à cuire, Georges Laraque, a lui aussi reçu un très bel accueil. Plutôt que de répondre à la question qui lui a été posée, il s'est emparé du micro et s'est adressé aux spectateurs.

« Vous êtes les meilleurs supporteurs au monde », a-t-il mentionné. « En 2006, nous n'avons jamais eu l'avantage de la patinoire et nous avions tellement hâte de revenir à la maison pour jouer devant vous, les supporteurs les plus bruyants de la LNH. »

Laraque espère que la patience des amateurs d'Edmonton sera rapidement récompensée, après le déménagement à la Place Rogers.

Une pensée pour tout le monde

Le match s'est amorcé par une mise au jeu protocolaire pour laquelle avaient été invités l'annonceur maison, une employée du département des ventes, une détentrice d'un abonnement aux Oilers depuis plus de 30 ans, un placier, l'ancien président de l'équipe Patrick Laforge et un des anciens propriétaires, Cal Nichols.

Pour l'interprétation de l'hymne national, le Franco-Albertain Paul Lorieau a fait un retour à la Place Rexall. Celui qui est décédé en 2013 était présent sur l'écran géant, son micro tendu aux spectateurs pour qu'ils l'accompagnent.

Le père de Wayne Gretzky, Walter, a été présenté aux spectateurs durant la rencontre. Les anciens soigneurs et responsables du vestiaire ont été invités à la fête.

Enfin, c'est au célèbre Joey Moss qu'on a confié la bannière soulignant le déménagement de l'équipe. Moss, qui souffre du syndrome de Down, travaille pour les Oilers depuis 1985.

Les Oilers déménageront à la Place Rogers, au centre-ville d'Edmonton, durant l'été. C'est là qu'ils joueront les matchs préparatoires de la saison 2016-2017, avant l'ouverture officielle, prévue lors du premier match de la saison.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.