Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

La Russie invitée à changer de mentalité

C'est le président de la Fédération russe d'athlétisme (ARAF), Dmitri Chliakhtine, qui invite son pays à changer sa façon de voir le sport et la performance.

Élu président de l'ARAF en janvier, à la surprise générale, cet homme discret de 48 ans a la mission difficile de faire en sorte que les athlètes russes, dans la tourmente du scandale du dopage, puissent participer aux Jeux olympiques de Rio.

Il avait dit lors de son élection que la Russie avait 50 % de chances d'aller aux Jeux de Rio. Il ne veut plus quantifier les chances des athlètes de s'y rendre.

« Dire à quelle étape nous sommes désormais serait biaisé et faux, a-t-il répondu à l'AFP.

Cet ancien coureur de demi-fond de bon niveau assure être plus optimiste, mais refuse de donner des détails sur les progrès réalisés depuis son arrivée et sur le travail restant à effectuer.

« Le processus a commencé, peut-être pas aussi vite qu'on aurait voulu, admet-il. Bien sûr, nous avons beaucoup à faire, mais beaucoup a déjà été réalisé », a-t-il expliqué.

C'est en novembre 2015 que la Fédération internationale (IAAF) a suspendu la Russie de toute compétition d'athlétisme.

L'IAAF doit effectuer prochainement une nouvelle visite à Moscou, avant un conseil extraordinaire en mai où la décision sur une éventuelle participation de la Russie aux Jeux de Rio sera prise.

Du sang neuf

Dmitri Chliakhtine croit que la levée de la suspension de l'ARAF ne pourra avoir lieu sans un changement complet de mentalité dans l'athlétisme russe.

« Nous avons besoin d'une approche complètement nouvelle », affirme-t-il.

Il compte, pour y arriver, inviter 50 spécialistes étrangers à venir en Russie pour renforcer les pratiques antidopage.

« Il faut éduquer des gens complètement nouveaux, qui ne penseront plus que tout résultat nécessite dopage », a précisé le président de l'ARAF.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.