DIVERTISSEMENT
06/04/2016 06:25 EDT | Actualisé 06/04/2016 06:25 EDT

Perdu dans les couloirs du temps comme les Visiteurs

La fuite de Varennes est l’un des épisodes les plus marquants de la Révolution Française. L’arrestation du roi en fuite sur les routes de France va être fatale à la Monarchie et ouvrir les portes à la Terreur, la période présentée dans le troisième opus des Visiteurs, qui sortira en salle au Québec vendredi.

Dans cette nouvelle époque explorée par le duo, les descendants de Jacquouille La Fripouille, des révolutionnaires convaincus, vont confisquer le château des Montmirail. La société est chamboulée, les gueux deviennent les puissants et les aristocrates fuient comme la comtesse Adélaïde de Montmirail interprétée par Karine Viard, à l’instar de Marie-Antoinette lors de la fuite de Varennes.

Perdu dans les couloirs du temps, revenu du futur-présent (les années 90), au futur du passé (la Révolution), Jacquouille est surpris qu'«il n'y ait point d'eau qui court dans la baignoire» ou «point d'ampoules électriques». Il se rappelle des avancées technologiques liées à notre époque. Perdu comme lui, Le HuffPost s’est amusé à mélanger les époques et a imaginé ce passage marquant de l’histoire de la Révolution à travers d'imaginaires tweets et photos partagés par ses protagonistes. Marie-Antoinette «texte» sa meilleure amie, et des traces du départ de Louis XVI sont laissées un peu partout sur les réseaux sociaux…

Alors que le roi et la reine ont quitté la rue de l’Echelle à Paris pendant la nuit, le valet de chambre de Louis XVI découvre au petit matin une lettre laissée par le souverain disparu... Il s'agit en réalité du testament politique du roi.

Louis XVI, parti dans la nuit, et le co-organisateur de sa fuite le marquis de Bouillé qui l’attend à Montmédy, s’envoient quelques textos pour s’assurer que tout va bien. Ils sont loin de se doûter que leur plan va échouer et que le roi et sa famille seront arrêtés quelques heures plus tard…

Pendant ce temps, sa femme Marie-Antoinette, confie son désespoir à sa très bonne amie Gabrielle de Polignac qui vit désormais à Venise depuis un an.

Dans la journée du 21 juin, Jean-Baptiste Drouet, maître de poste à Sainte-Menehould, remarque la berline qui transporte le roi, croît le reconnaître et s’empresse de partager une photo sur Instagram. « Je crus reconnaître la reine ; et apercevant un homme dans le fond de la voiture à gauche, je fus frappé de la ressemblance de sa physionomie avec l'effigie d'un assignat de 50 livres », déclara-t-il après l’arrestation du roi quelques jours plus tard.

Cette voiture m'a tout l'air d'être celle du roi @louisXVI #fuite #onlaura #roidefrance #couponsluilatête

Une photo publiée par Jean-Baptiste Drouet (@jbdroudrou) le

Jean-Baptiste Drouet, le révolutionnaire, se félicite d’avoir participé à l’arrestation du roi et le tacle légèrement en légende de sa photo.

La famille royale est piégée et forcée de rentrer à Paris. À son arrivée aux Tuileries, où logeaient les rois à l’époque, la foule les attend de pied ferme.

Le tournant de la Révolution est pris, pour les opposants à la monarchie Louis XVI devient un ennemi et la Terreur va bientôt pointer le bout de son nez.