NOUVELLES
05/04/2016 05:50 EDT | Actualisé 06/04/2017 01:12 EDT

Wall Street ouvre en baisse, plombée par des chiffres moroses

Wall Street a ouvert en baisse mardi, dans un contexte de craintes renouvelées sur la croissance après des chiffres médiocres en Europe comme aux Etats-Unis: le Dow Jones perdait 0,60% et le Nasdaq 0,70%.

Vers 13H40 GMT, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average cédait 107,21 points à 17.629,79 points et le Nasdaq, à dominante technologique, 34,06 points à 4.857,73 points.

L'indice élargi S&P 500, particulièrement surveillé par les investisseurs, reculait de 16,35 points, soit 0,79%, à 2.049,78 points.

Lundi, la Bourse de New York avait légèrement baissé, tirée vers le bas par une forte baisse des cours pétroliers: le Dow Jones avait perdu 0,31% à 17.737,00 points et le Nasdaq 0,46% à 4.891,80 points.

Désormais, Wall Street baisse plus franchement, "après que des chiffres se sont révélés décevants dans la zone euro et que le déficit commercial (américain) s'est plus creusé que prévu", ont énuméré les experts de la maison de courtage Charles Schwab.

Plus précisément, c'est une série d'indices sur l'activité des services qui a déçu en Europe, de même qu'un déclin inattendu des commandes industrielles en Allemagne, tandis qu'aux Etats-Unis, les analystes ont été surpris par l'ampleur de l'aggravation du déficit commercial en février, une nouvelle contre-performance qui risque de peser sur la croissance américaine.

Au-delà de cette actualité immédiate, ce sont bien dans l'ensemble "les craintes sur la croissance qui font leur retour en scène", a reconnu Patrick O'Hare, de Briefing, évoquant aussi des propos de Christine Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), qui a jugé "trop fragile" la reprise mondiale.

Néanmoins, il relativisait cette explication en remarquant que Wall Street est revenue à un très haut niveau après avoir chuté en début d'année, et que les investisseurs se demandent surtout à quel point ce rebond était exagéré.

"Les craintes sur la croissance n'ont rien de nouveau", a conclu M. O'Hare. "Elles sont simplement renouvelées sur des marchés qui reconnaissent qu'ils ont trop avancé".

Le marché obligataire avançait, le rendement des bons du Trésor à dix ans baissant à 1,726% contre 1,759% lundi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,550%, contre 2,598% précédemment.

jdy/jld/sha