NOUVELLES
05/04/2016 02:59 EDT | Actualisé 06/04/2017 01:12 EDT

Turquie: nouvelle rafle dans les milieux proches de l'ennemi juré d'Erdogan

La police turque a interpellé mardi 68 personnes soupçonnées d'appartenir au réseau du prédicateur Fethullah Gülen, ancien allié devenu ennemi juré du président Recep Tayyip Erdogan, a rapporté l'agence de presse progouvernementale Anatolie.

Les suspects, qui ont été placés en garde à vue, ont été interpellés au cours d'une vaste opération policière coordonnée menée dans 22 provinces différentes dans le cadre de sept enquêtes distinctes, a précisé Anatolie.

Au total, 120 personnes, parmi lesquelles se trouvent des hommes d'affaires, des professeurs et des responsables associatifs, sont visées par un mandat d'arrêt, a précisé l'agence, ajoutant que l'opération était toujours en cours.

Ancien allié de M. Erdogan, M. Gülen, qui dirige depuis les Etats-Unis un puissant réseau d'écoles, d'ONG et d'entreprises baptisé Hizmet (Service, en turc), est devenu son "ennemi public numéro un" depuis un scandale de corruption de la fin 2013.

Le chef de l'Etat accuse depuis le prédicateur d'avoir mis en place un "Etat parallèle" destiné à le renverser, ce que les "gülenistes" nient.

Depuis maintenant trois ans, les autorités turques ont multiplié les purges, notamment dans la police et le monde judiciaire, et les poursuites contre les proches de la nébuleuse Gülen et ses intérêts financiers.

Le mois dernier, le quotidien Zaman, considéré comme étant proche de l'imam Gülen, a été mis sous tutelle, provoquant l'inquiétude en Europe et aux Etats-Unis.

"A nos yeux, il n'y a aucune différence entre l'organisation parallèle (nom donné par le gouvernement à la mouvance "güleniste") et le PKK (le Parti des travailleurs du Kurdistan). Tous deux sont des ennemis de l'Etat, des ennemis du peuples, des ennemis de la démocratie", a déclaré mardi le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu devant son groupe parlementaire à Ankara.

gkg/jh