NOUVELLES
05/04/2016 04:07 EDT | Actualisé 06/04/2017 01:12 EDT

Thaïlande: 12 ans de prison pour s'être vanté de liens avec le palais royal

Un entrepreneur thaïlandais a été condamné mardi à 12 ans de prison pour lèse-majesté, dernier développement d'un scandale autour du palais royal.

Boontham Boonthepprathan, âgé de 65 ans, a été condamné pour avoir mis en avant ses bonnes relations avec l'entourage de la famille royale pour négocier un terrain il y a une dizaine d'années.

Or, en Thaïlande, utiliser ses connections avec la famille royale à des fins d'enrichissement relève de la drastique loi de lèse-majesté.

Homme clef de l'affaire: Pongpat Chayapun, un haut responsable de la police et oncle de l'ex-femme du prince héritier Maha Vajiralongkorn, condamné pour avoir abusé de sa position en rackettant par exemple des entreprises.

La disgrâce de la princesse Srirasmi avait été rendue publique en décembre 2014, et son divorce d'avec le prince héritier avait été annoncé. Peu de temps après, plusieurs proches de la princesse, jusqu'à ses parents, ont été condamnés à plusieurs années de prison pour diffamation de la famille royale.

Depuis leur prise de pouvoir par un coup d'Etat en mai 2014, les militaires ont fait de la lutte contre le crime de lèse-majesté leur cheval de bataille, dans un contexte de grande incertitude liée à la succession du roi Bhumibol Adulyadej, 88 ans, hospitalisé.

Les poursuites et condamnations pour lèse-majesté sont en constante augmentation depuis le coup d'Etat.

La série d'arrestations de proches de l'ex-femme du prince Maha Vajiralongkorn a un statut particulier, selon les analystes, qui y voient une curée contre des proches de l'ancien couple héritier à l'influence contestée.

Le prince Maha Vajiralongkorn, vu en Thaïlande à l'occasion de cérémonies officielles, mène une existence publique très discrète. Son père a quant à lui un statut de demi-dieu, enseigné dès le plus jeune âge à l'école. Ce culte de la personnalité a encore été renforcé par les militaires depuis leur coup d'Etat mené au nom de la protection de la monarchie.

str-tp-dth/jlb