NOUVELLES
05/04/2016 13:44 EDT | Actualisé 06/04/2017 01:12 EDT

Syrie: Washington réclame un accès aux civils assiégés et affamés

Les Etats-Unis ont appelé mardi la Russie à faire pression sur son allié syrien pour que les habitants des villes assiégées en Syrie puissent être ravitaillés.

"Les habitants des zones assiégées ou difficiles à atteindre ont reçu moins de nourriture en mars qu'en février", a souligné l'ambassadrice américaine à l'ONU Samantha Power.

"Nous mêmes, et d'autres pays membres du Conseil de sécurité, avons lancé un appel à ceux qui ont de l'influence sur un gouvernement (syrien, ndlr) qui a montré qu'il était influençable quand la pression est intense", a-t-elle déclaré à la presse en faisant référence implicitement à la Russie.

Soulignant que la ville de Daraya, près de Damas, n'avait reçu aucune livraison de nourriture de l'ONU depuis 2012, elle a jugé "abominable qu'un pays membre de l'ONU bloque de la nourriture comme l'a fait le gouvernement syrien".

"Il faut atteindre tous ceux qui sont dans des zones difficiles d'accès et nous en sommes encore loin", a-t-elle ajouté.

Samantha Power s'exprimait après des consultations au Conseil de sécurité demandées par les Etats-Unis sur la situation dans des localités où la population est assiégée et affamée, comme Daraya ou Madaya dans l'ouest de la Syrie.

De son côté, l'ambassadeur chinois Liu Jieyi, qui préside le Conseil en avril, a estimé "qu'il faut faire davantage pour améliorer l'accès sur le terrain et consolider les progrès déjà accomplis".

Daraya "fait partie d'un problème plus large", a-t-il ajouté. "Il faut voir qui a de l'influence sur les différentes parties".

Selon l'ONU, près de 500.000 civils syriens se trouvent dans des zones assiégées par l'armée gouvernementale ou par des groupes armés rebelles. Ils sont moins nombreux à avoir été secourus en mars qu'en février (21% au lieu de 25%).

En ce qui concerne les 4,1 millions de personnes situées dans des régions difficiles à atteindre, 83.000 ont été secourues par les convois des agences humanitaires en mars, contre 53.000 en février.

L'ONU a demandé au gouvernement syrien de pouvoir accéder à onze zones prioritaires en avril mais n'a pour l'instant reçu le feu vert que pour six d'entre elles. L'autorisation n'a pas été accordée pour Daraya, Douma ou Harasta.

avz/elc