NOUVELLES
05/04/2016 06:30 EDT | Actualisé 06/04/2017 01:12 EDT

Suisse: expertise juridique sur le cas des élèves musulmans et de leur enseignante

La controverse déclenchée en Suisse par le refus de deux adolescents musulmans de serrer la main de leur enseignante pour des raisons religieuses va être tranchée par une expertise juridique, a annoncé mardi une porte-parole du canton de Bâle-campagne (nord).

"Nous avons demandé une expertise à notre service juridique", a déclaré à l'AFP Deborah Murith, porte-parole de la direction cantonale de l'enseignement.

L'affaire, qui fait grand bruit en Suisse, a débuté après la révélation par les médias alémaniques de la dispense accordée par l'école secondaire de Therwil à deux élèves syriens de 14 et 15 ans, qui refusent de se plier à la coutume consistant à serrer la main des enseignants au début et à la fin des cours.

"Ils ont demandé à ne pas serrer la main des enseignantes, car ils ont dit que leur religion le leur interdisait", a indiqué Mme Murith.

"Pour ne pas faire de discrimination avec les hommes, l'école a décidé de leur donner une dispense valable pour tous les professeurs, hommes et femmes", a-t-elle ajouté.

La ministre suisse de l'Intérieur, Simonetta Sommaruga, s'est indignée de cette décision.

"La poignée de main fait partie de notre culture" et le refus des deux élèves "ne peut pas être accepté au nom de la liberté de croyance", a-t-elle dit.

"Nous sommes bien sûr du même avis que Mme Sommaruga", a déclaré à l'AFP Mme Murith.

La communauté musulmane compte environ 350.000 membres en Suisse.

mnb/gca/at