NOUVELLES
05/04/2016 08:05 EDT | Actualisé 06/04/2017 01:12 EDT

Rosberg, Trulli et Di Montezemolo cités dans les Panama Papers

Nico Rosberg et Jarno Trulli sont les pilotes de F1 cités dans les documents Panama Papers, l'enquête sur les paradis fiscaux. 

C'est la télévision allemande ARD qui a dévoilé le nom de Rosberg, vainqueur du Grand Prix de Bahreïn, et meneur au Championnat.

Selon les documents du cabinet panaméen Mossack Fonseca, c'est en fait le dernier contrat liant Nico Rosberg et Mercedes-Benz qui est mentionné.

Le contrat lie Mercedes-Benz à une société appelée Ambitious Group Limited, basée dans les Îles vierges britanniques, cet archipel des Antilles, territoire outremer du Royaume-Uni.

Selon ARD, Ambitious Group appartiendrait à deux autres entreprises, basées dans les îles Jersey, et est administrée par le cabinet d'avocat Mossack Fonseca. Son adresse est la même que celle sous laquelle des centaines d'autres entreprises sont enregistrées dans les dossiers de Mossack Fonseca.

ARD précise qu'il « n'est pas clair que de l'argent ait transité par cette société » et qu'il « n'y a pas d'éléments dans les documents indiquant que Daimler AG (maison-mère de Mercedes-Benz) ou Nico Rosberg se soient rendus passible de sanctions ».

Mais « ni Mercedes-Benz ni Rosberg n'ont voulu expliquer pourquoi le pilote a été embauché via les Caraïbes », a poursuivi la chaîne allemande.

Un porte-parole de Daimler a fait savoir que l'entreprise ne s'exprimait pas sur les contrats. L'avocat de Nico Rosberg a précisé au journal français L'Équipe que cette affaire relevait du domaine privé.

Un autre pilote de F1, celui-là retraité, est nommé dans les documents du cabinet Mossack Fonseca. Il s'agit de l'Italien Jarno Trulli.

« J'ai plusieurs entreprises dans le monde, et tout est géré de manière transparente », a dit Trulli au quotidien italien La Gazzetta dello Sport.

Enfin, l'ancien président de Ferrari, aujourd'hui président de la compagnie aérienne Alitalia, Luca di Montezemolo, est lui aussi nommé dans la fuite des documents du cabinet Mossack Fonseca.

L'industriel italien a réagi au quotidien L'Espresso: « Je ne connais pas ce cabinet d'avocats ».