NOUVELLES
05/04/2016 00:22 EDT | Actualisé 05/04/2017 01:12 EDT

"Panama papers" : un ancien footballeur et des centaines de Néerlandais impliqués

Des centaines de Néerlandais ont fondé des sociétés dans des paradis fiscaux via le Panama, a assuré mardi un quotidien local après la publication des "Panama papers", assurant qu'y étaient notamment cités un ancien footballeur, un fondateur de magasins de prêt-à-porter et un vendeur d'armes présumé.

"Les documents semblent montrer que l'utilisation d'un compte offshore est une pratique largement répandue dans les petites sociétés néerlandaises, mais aussi pour les fondations et les trusts", assure le quotidien Trouw, partenaire du Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ), qui a coordonné cette opération mettant en lumière un vaste système d'évasion fiscale.

"Parmi les Néerlandais sur la liste figurent quelques noms célèbres, comme le footballeur Clarence Seedorf, des membres de la famille Van der Vorm, le fondateur de (la marque de prêt-à-porter) Mexx, Rattan Chadha, mais aussi, par exemple, John Bredenkamp", assure Trouw : "ce Néerlandais est sur la liste des sanctions des Etats-Unis pour commerce illégal d'armes avec le Zimbabwe".

Clarence Seedorf, ancien joueur de l'Ajax d'Amsterdam, du Real Madrid et de l'AC Milan, aurait conclu en 2005 un accord de parrainage avec un bijoutier italien pour son équipe de course à moteurs. Mais ce contrat aurait ensuite été revendu à plusieurs reprises via des sociétés offshore, assure le quotidien, qui s'interroge : Clarence Seedorf a-t-il été victime de ses associés ou a-t-il profité de ce montage?

Jos van der Vorm, cité par les documents, a été membre entre 1979 et 1986 de la section du Conseil d'Etat néerlandais spécialisée dans la fiscalité et les impôts. Selon Trouw, il aurait caché au fisc plus de 7,6 millions d'euros hérités d'un grand-oncle.

Rattan Chadha, fondateur de Mexx et de la chaîne d'hôtels CitizenM, aurait été propriétaire d'une société aux Bahamas en 2001.

John Bredenkamp, Sud-Africain naturalisé Néerlandais, selon le quotidien, aurait eu "au moins 13 sociétés" via le cabinet d'avocat au Panama, dont "au moins cinq se sont retrouvées sur des listes internationales de sanctions pour son implication présumée dans la vente d'armes au président du Zimbabwe".

L'enquête des "Panama papers", réalisée par une centaine de journaux, a révélé des avoirs dans des paradis fiscaux de 140 responsables politiques, stars du football ou milliardaires et suscité une onde de choc mondiale.

mbr/jhe/at