NOUVELLES
05/04/2016 04:40 EDT | Actualisé 06/04/2017 01:12 EDT

Nagorny-Karabakh, un conflit vieux de 28 ans aux confins du Caucase

Rappel des temps forts du conflit au Nagorny-Karabakh, région séparatiste en majorité peuplée d'Arméniens située en territoire azerbaïdjanais que se disputent depuis 1988 l'Arménie et l'Azerbaïdjan et qui connaît ces derniers jours le pire épisode de violences depuis le cessez-le-feu de 1994.

- Six ans de guerre -

En février 1988, une guerre entre les deux communautés ethniques arménienne et azérie du Karabakh éclate alors que l'Arménie et l'Azerbaïdjan sont encore des républiques de l'URSS.

Le Nagorny-Karabakh, région centrale de l'Arménie historique au Moyen-Age, a été rattaché en 1923, sur décision de Moscou, à la République socialiste soviétique d'Azerbaïdjan, avec un statut de région autonome.

Le 10 décembre 1991, le Nagorny-Karabakh proclame son indépendance de Bakou avec le soutien d'Erevan, sur fond de dislocation de l'Union soviétique.

A la suite de l'éclatement de l'URSS, l'armée soviétique quitte la région, laissant ses armes derrière elle, ce qui conduit à une escalade du conflit marqué par deux grandes offensives des troupes arméniennes en 1992 et 1993.

Le 17 mai 1994, un cessez-le-feu négocié par la Russie entre en vigueur. Les Arméniens contrôlent alors environ un cinquième du territoire de l'Azerbaïdjan, dont le Nagorny-Karabakh.

La guerre a fait près de 30.000 morts et des millions de personnes ont fui cette région du Caucase.

- Négociations et accrochages -

Dès 1994, l'Organisation pour la coopération et la sécurité en Europe (OSCE) créé le "Groupe de Minsk", chargé de promouvoir un règlement et constitué de représentants des Etats-Unis, de la France et de la Russie.

Malgré plusieurs cycles de pourparlers, de sommets et la médiation du Groupe de Minsk, aucun accord ne se matérialise. Bakou et Erevan ne parviennent pas à se mettre d'accord sur le statut de ce territoire que la communauté internationale considère toujours comme appartenant à l'Azerbaïdjan. A ce jour, aucun traité de paix n'a été conclu.

En novembre 2008, l'Arménie et l'Azerbaïdjan signent une déclaration appelant à un "règlement pacifique" du conflit, mais les accrochages entre les forces arméniennes et azerbaïdjanaises se poursuivent.

Le 12 novembre 2014, les forces azerbaïdjanaises abattent un hélicoptère militaire arménien au Nagorny-Karabakh, provoquant la mort des trois membres de son équipage, selon les médias arméniens. Les incidents se multiplient dans la région, les deux camps s'accusant mutuellement d'y déclencher des attaques qui ont fait plusieurs dizaines de morts depuis le mois d'août.

- Avril 2016 : reprise des hostilités -

En décembre 2015, le président arménien Serge Sarkissian et son homologue azerbaïdjanais Ilham Aliev se rencontrent sans parvenir à des progrès sur le règlement du conflit. Les médiateurs de l'OSCE dénoncent une situation "insoutenable" sur le terrain.

Depuis le 2 avril, d'intenses combats opposent forces azerbaïdjanaises et arméniennes, entraînant la mort d'au moins 64 personnes, les pires affrontements depuis le cessez-le feu de 1994.

Le 5 avril, l'Azerbaïdjan et les autorités du Nagorny-Karabakh annoncent un accord de cessez-le-feu.

kd/pj/tbm/kat/bds