NOUVELLES
05/04/2016 10:49 EDT | Actualisé 05/04/2016 10:51 EDT

Les accusations du chef de l'OCDE sont fausses et «injustes», selon le gouvernement panaméen

Anadolu Agency via Getty Images
BERLIN, GERMANY - APRIL 5: German Chancellor Angela Merkel (not seen) meets Managing Director of the International Monetary Fund (IMF) Christine Lagarde (not seen), Secretary General of the Organisation for Economic Co-operation and Development (OECD) Angel Gurria, President of the World Bank Jim Yong Kim (not seen), Director-General of the World Trade Organization Roberto Azevedo (not seen) and Director General of International Labour Organisation (ILO) Guy Ryder (not seen) to discuss economical situations at German Chancellory in Berlin, Germany on April 5, 2016. (Photo by Mehmet Kaman/Anadolu Agency/Getty Images)

Les accusations du secrétaire général de l'Organisation pour la Coopération et le Développement Économique (OCDE), qui a qualifié le Panama de "dernier grand bastion" off-shore, sont "injustes et discriminatoires", a riposté dans une lettre mardi le gouvernement panaméen.

Dans une lettre à laquelle l'AFP a eu accès, envoyée quelques jours après les révélations dites des "Panama papers" au chef de l'OCDE, Angel Gurria, le vice-ministre panaméen des Affaires étrangères, Luis Miguel Hincapié, affirme que "la stratégie d'ignorer les autres jurisdictions et de se concentrer uniquement sur le Panama est injuste et discriminatoire".

Plus de détails à venir.

Galerie photo Les grands noms des «Panama Papers» Voyez les images