NOUVELLES
05/04/2016 02:48 EDT | Actualisé 06/04/2017 01:12 EDT

La pilote ukrainienne Savtchenko a commencé à purger sa peine de 22 ans de prison en Russie

La pilote militaire ukrainienne Nadia Savtchenko a formellement commencé mardi à purger en Russie sa peine de 22 ans de prison pour meurtre, le Kremlin réaffirmant qu'un échange ou une extradition n'était pas à l'ordre du jour.

Mme Savtchenko a annoncé qu'elle allait commencer une nouvelle grève de la faim et de la soif mercredi, exigeant "son retour immédiat en Ukraine".

"Le tribunal n'a reçu aucune demande pour réexaminer cette peine en appel (...) Ainsi, elle est effective depuis minuit (21H00 GMT)", a annoncé à l'agence de presse russe Ria Novosti une porte-parole du tribunal de la petite ville russe de Donetsk.

Mme Savtchenko a refusé de se pourvoir en appel, affirmant ne pas reconnaître la légitimité de la justice russe.

La pilote d'hélicoptère de 34 ans a été condamnée le 22 mars pour le meurtre de deux journalistes russes dans l'Est de l'Ukraine à l'été 2014, des accusations qu'elle dément en dénonçant un "procès politique".

Mme Savtchenko assure avoir été capturée dans l'Est de l'Ukraine par des rebelles prorusses et avoir été ensuite livrée à la Russie.

Elle est actuellement incarcérée dans un centre de détention dans le sud de la Russie mais elle doit le quitter dans les dix prochains jours pour un camp, à moins qu'elle soit échangée d'ici là contre des Russes détenus en Ukraine.

L'un des avocats de la pilote, Nikolaï Polozov, a ainsi indiqué lundi qu'il attendait à ce que les autorités de Kiev exigent l'extradition de Nadia Savtchenko.

Le Kremlin a néanmoins réaffirmé mardi qu'aucune décision n'avait été prise concernant la prisonnière et qu'aucune négociation n'était en cours avec les autorités ukrainiennes sur son sort.

"Il s'agit d'une détenue condamnée et ce n'est pas la prérogative du Kremlin aujourd'hui de veiller à ses conditions de détention", a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Pendant le procès de Nadia Savtchenko, le président ukrainien Petro Porochenko s'était dit prêt à l'échanger contre deux agents présumés du renseignement militaire russe, actuellement jugés à Kiev pour avoir combattu aux côté des séparatistes.

osh-am/pop/tbm/at