NOUVELLES
05/04/2016 11:04 EDT | Actualisé 06/04/2017 01:12 EDT

L'Iran n'aura pas accès au système financier américain, promet Washington

Un haut responsable de la diplomatie américaine a balayé mardi des rumeurs prêtant à Washington des intentions d'ouvrir le système financier des Etats-Unis à l'Iran, dans la foulée de la levée partielle des sanctions visant Téhéran.

Les Etats-Unis vont maintenir des sanctions à l'encontre de l'Iran, a assuré le sous-secrétaire d'Etat Thomas Shannon, en réponse à des parlementaires.

"Les rumeurs et les informations qui sont apparues dans la presse, selon lesquelles les Etats-Unis se préparent à rétablir l'accès de l'Iran au système financier américain, ne sont pas vraies", a-t-il protesté.

M. Shannon a toutefois confirmé que le ministère américain des Affaires étrangères entendait "clarifier" les termes des sanctions financières pesant sur Téhéran auprès des banques souhaitant commercer avec la République islamique.

En janvier, les Etats-Unis et l'Union européenne ont mis en place leur part de l'accord sur le nucléaire iranien paraphé en juillet dernier, levant une partie des sanctions en échange notamment de l'assurance que l'Iran ne cherchera pas à se doter de l'arme atomique.

L'Iran a retrouvé à cette occasion accès à plusieurs dizaines de millions de dollars d'avoirs gelés ainsi que la possibilité de doubler ses exportations de pétrole.

Les banques étrangères qui réinvestissent sur la pointe des pieds le marché iranien craignent que leurs opérations ne tombent sous le coup de la justice américaine, les Etats-Unis continuant à imposer certaines sanctions notamment en lien avec le programme de missiles balistiques de Téhéran.

Thomas Shannon a expliqué que l'administration américaine prévoyait de rassurer les banques en leur précisant où elles se situent au regard de la législation des Etats-Unis.

"Au moment où l'Iran tente d'accéder à l'argent rendu disponible avec la levée des sanctions, nous allons parfois devoir aider l'Iran à accéder à cet argent en clarifiant les règles qui régissent le transfert de cet argent vers" l'Iran, a-t-il insisté.

Les propos récents tenus par le secrétaire d'Etat John Kerry et dans une moindre mesure par le président Barack Obama, affirmant que l'Amérique allait remplir sa part de l'accord nucléaire, ont soulevé des inquiétudes au Congrès, certains élus républicains estimant que l'administration préparait de nouvelles concessions à l'Iran.

"A (ma) connaissance", a répondu Thomas Shannon, il n'y a pas de volonté de laisser l'Iran utiliser le système financier pour effectuer des transactions en dollars.

Il a également prévenu que Washington mettrait son veto à une éventuelle vente de la Russie à l'Iran d'avions de combat Soukhoï Su-30, "interdite sans l'approbation du Conseil de sécurité de l'ONU", mais évoquée dans les médias iraniens.

dc/sha/are