NOUVELLES
05/04/2016 04:49 EDT | Actualisé 06/04/2017 01:12 EDT

Iran: l'accord nucléaire n'est pas un "modèle" (chef militaire)

Le chef des Gardiens de la révolution, le général Mohammad Ali Jafari, a affirmé mardi que l'accord nucléaire n'était pas un "modèle", critiquant durement "le nouveau courant occidentalisé" qui veut favoriser "l'infiltration des Etats-Unis" en Iran.

"Si l'accord nucléaire est présenté comme un modèle, c'est le signe de l'étroitesse d'esprit et de l'auto-humiliation", a affirmé M. Jafari lors d'une réunion avec les commandants des Gardiens de la révolution, l'armée d'élite du régime islamique, selon leur site officiel.

Il a critiqué ceux qui, en Iran, le montrent en exemple, affirmant qu'ils "suivent involontairement le chemin de la contre-révolution et veulent humilier notre grand peuple".

Ces dernières semaines, le président modéré Hassan Rohani a estimé à plusieurs reprises que l'accord nucléaire avec les grandes puissances devait servir d'exemple pour un accord intérieur favorisant "l'entente et la réconciliation" en Iran.

Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, avait lui même critiqué le 20 mars, sans les nommer, ceux qui prônaient un tel accord interne.

Le général Jafari a ajouté que "les idées politiques en contradiction avec la révolution islamique ne perdureront pas, (...) même si à un moment donné, elles prennent le contrôle du gouvernement ou du Parlement". "Le nouveau courant occidentalisé est formé par les éléments de l'infiltration des Etats-Unis" mais "la nation révolutionnaire et croyante" ne lui permettra pas "de se développer", selon lui.

Le général Jafari a également attaqué avec virulence les pouvoirs saoudien et bahreïni, exemples de "l'attardement politique" selon lui, affirmant que "les Gardiens de la révolution ont préparé la réponse à leur impertinence et leur stupidité et attendent seulement les ordres".

L'Iran chiite s'oppose à l'Arabie Saoudite sunnite et à ses alliés arabes sur toutes les questions régionales, en particulier la situation en Syrie et au Yémen.

"Nous soutenons le régime, le pouvoir et l'intégrité territoriale de la Syrie et nous ne permettrons jamais la désintégration des nations islamiques", a-t-il affirmé.

Enfin, le général Jafari a rappelé que l'Iran allait développer son programme balistique malgré les critiques des pays occidentaux, mais qu'il ne "voulait pas la guerre".

sgh/stb/jri