NOUVELLES
05/04/2016 02:19 EDT | Actualisé 06/04/2017 01:12 EDT

Inde: trois adolescents dalits dénudés et battus après avoir été accusés d'un vol

Trois adolescents dalits, anciennement appelés intouchables, ont été déshabillés, battus et forcés à marcher nus en public après avoir été accusés du vol d'une moto dans l'ouest de l'Inde, selon des images de télévision diffusées mardi.

Des habitants d'un village, en colère, ont attaché à un arbre ces jeunes âgés de 13 à 15 ans et les ont dénudés dans la région de Chittorgarh, dans l'Etat du Rajasthan, les accusant d'avoir volé cette moto à un homme de caste supérieure.

La chaine de télévision NDTV a montré les images d'un groupe d'homme frappant les adolescents nus qui tentent de se recroqueviller pour parer les coups.

Une enquête a été ouverte, visant tant les jeunes que leurs assaillants, après l'agression survenue samedi, selon la police.

"Ce n'est pas une affaire de caste supérieure contre caste inférieure. C'est une affaire de vol et de foule en colère, les deux parties sont fautives. Nous avons arrêté six des agresseurs", a dit à l'AFP Gaj Singh, un responsable de la police de Chittorgarh.

Les agresseurs présumés viennent de la même communauté des Kanjars que les victimes, a-t-il dit. Les Kanjars sont une communauté nomade objet de discriminations dans le nord et le centre de l'Inde, contraints de vivre à l'écart des villes et villages.

Manan Chaturvedi, la cheffe de la commission des droits des enfants du Rajasthan, a promis une enquête.

"Nous avons formé un comité pour enquêter sur cette affaire et des mesures adéquates seront prises une fois réunies les preuves", a-t-elle dit.

"La police, mais également les personnes qui ont assisté et ont filmé, auraient dû intervenir. Je pense qu'alors rien de tel ne se serait produit".

L'Indien Kailash Satyarthi, prix Nobel de la paix pour son engagement dans la défense des enfants, a demandé "une action immédiate" contre ce qu'il a jugé être "une attaque barbare".

La discrimination selon les castes est officiellement interdite en Inde mais reste très présent au quotidien, en particulier dans les zones rurales pauvres.

anb/cc/ef/ros