NOUVELLES
04/04/2016 22:37 EDT | Actualisé 05/04/2017 01:12 EDT

Famille et mariage: le pape s'apprête à livrer son document le plus controversé

Le pape François livrera vendredi ses directives à l'Eglise sur le mariage et la famille, dans une "exhortation apostolique" très attendue par le monde catholique, et dont le Vatican redoute qu'elle ne soit mal comprise par les conservateurs et les progressistes.

Pour l'opinion et la presse occidentales, l'enjeu d' "Amoris Laetitia" ("la joie de l'amour"), texte copieux de 200 pages, qui porte sur tous les contextes culturels, tourne autour d'une petite poignée de réponses à des questions sociétales. Jorge Bergoglio, fin communicateur, en est parfaitement conscient:

--Les divorcés remariés civilement pourront-ils avoir dans certains cas accès au sacrement de la communion, alors qu'ils ont, selon le dogme catholique, brisé le sacrement du mariage indissoluble?

--Quelle intégration pour les fidèles catholiques très nombreux vivant en dehors des règles de l'Eglise, notamment des couples en union libre et les homosexuels?

Le pape sait que les débats des deux synodes sur la famille, en octobre 2014 et 2015, ont été les plus houleux sur ces sujets. L'exhortation fera nécessairement des mécontents dans tous les camps.

Alors que les conservateurs sont vent debout contre toute trahison du dogme, un courant ouvert à la modernité estime que le message de l'Eglise est devenu inaudible dans les milieux sécularisés, et que des changements sont nécessaires.

Le fait qu'"Amoris Laetitia" soit présenté au Vatican par le cardinal de Vienne, Christoph (bien Christoph) Schönborn, archevêque réputé pour son ouverture, a été perçu par certains comme un signe de renouveau sur ces sujets brûlants. Lui-même fils de divorcés, ce fin théologien devrait surtout insister sur l'importance de l'unité des familles pour les enfants, en affirmant qu'ils sont les "premières victimes" des couples éclatés. Un leitmotiv aussi du pape François.

Pour éviter tout cafouillage médiatique, les évêques du monde entier ont été conviés par le Vatican à organiser des conférences de presse de présentation et ont déjà reçu pour cela de Rome des clefs de lecture.

- 'Conversion du langage' -

Le secrétariat du Synode a assuré notamment que ce document n'entend pas "changer" la doctrine concernant le mariage et la famille, mais insiste sur une "conversion du langage" et le "discernement" des situations diverses.

Le renouveau du langage --qui doit cesser de cataloguer et de condamner-- et des offres de participation à la vie de l'Eglise (responsabilités dans les messes, etc) aux personnes en situation irrégulière ont été proposés durant les deux synodes. Le pape devrait les recommander.

Lors d'une conférence la semaine dernière à Rome, le cardinal Schönborn avait fustigé, à l'exemple du pape François, les docteurs de la loi rigides: "Pourquoi ces coeurs endurcis, qui s'en prennent furieusement à nos communautés (...) De cette manière, les prêtres peuvent devenir des loups, et les cardinaux des diables".

Le cardinal et théologien allemand Walter Kasper, proche du pape et "bête noire" des conservateurs, a estimé que l'exhortation "tournera une page".

Le texte dira-t-il que certains divorcés pourront recevoir la communion? Le passage clé du document final du synode d'octobre 2015, voté à une courte majorité des deux-tiers, avait été rédigé de manière assez ambigüe pour permettre toutes sortes d'interprétations. L'idée centrale était de proposer un chemin de réintégration dans la vie de l'Eglise à certains divorcés remariés civilement, sous la conduite du prêtre et de l'évêque.

Le pape a déclaré vouloir "inclure ceux qui sont marginalisés" et intensifier "la préparation au mariage" pour éviter que beaucoup de mariages religieux soient déclarés nuls. Mais, sur le thème brûlant de la communion, il a douché les espoirs des progressistes: "Toutes les portes sont ouvertes mais on ne peut pas dire: à partir de maintenant ils peuvent faire la communion", a-t-il dit de retour de Mexico.

Durant le synode, douze cardinaux conservateurs avaient écrit une lettre menaçante. Et Jorge Bergoglio veut éviter tout risque de schisme.

Ce texte, qui devrait s'appuyer sur le dialogue amoureux du "Cantique des cantiques", devrait utiliser un langage nouveau sans être révolutionnaire.

Sur l'homosexualité notamment, qui divise les évêques du nord et du sud, les nouveautés sont très improbables: fin janvier, François avait rejeté toute autre forme d'union que le mariage catholique entre un homme et une femme. "Il ne peut y avoir de confusion entre la famille voulue par Dieu et tout autre type d'union", avait-il averti. Certains cardinaux, comme le rigoureux cardinal guinéen Robert Sarah, devraient être rassurés.

jlv/ob/tll/pt