NOUVELLES
05/04/2016 08:15 EDT | Actualisé 06/04/2017 01:12 EDT

Bahreïn: des milliers de personnes aux funérailles d'un adolescent dans un village chiite

Des milliers de personnes ont assisté mardi dans un village chiite de Bahreïn aux obsèques d'un adolescent décédé, selon sa famille, des suites de blessures subies alors qu'il était pourchassé par la police.

Ali Abdulghani, un jeune de 17 ans, a succombé lundi à des blessures subies le 31 mars alors qu'il était pourchassé par les forces de sécurité, selon sa famille citée dans un communiqué du principal mouvement de l'opposition chiite, Al-Wefaq.

Il n'a pas été possible d'obtenir des précisions de sources indépendantes sur les circonstances exactes du décès.

Le royaume de Bahreïn est secoué par des troubles sporadiques depuis un soulèvement en 2011 animé par la majorité chiite qui réclame des réformes politiques. Ce petit pays du Golfe est dirigé par une dynastie sunnite.

La tension était vive mardi lors des funérailles à Chahrakan, ont indiqué des témoins dans ce village situé au sud de Manama. Des milliers de personnes ont défilé dans les rues avant de se rassembler dans le cimetière du village, certaines brandissant des portraits du jeune "martyr", a-t-on ajouté.

A la fin des funérailles, des accrochages ont éclaté lorsque des protestataires ont bloqué une route et jeté des pierres en direction des forces de sécurité qui, mobilisées en force, ont riposté par des tirs de gaz lacrymogène, ont indiqué des témoins sans faire état de blessés.

Cinq (BIEN cinq) ONG, dont Bahrain Center for Human Rights (BCHR) et European Centre for Democracy and Human Rights (ECDHR), ont appelé à "une enquête immédiate et impartiale sur la mort d'Ali Abdulghani" qui, ont-elle indiqué dans un communiqué conjoint, a succombé à "des blessures subies durant son arrestation par les forces de sécurité" bahreïnies.

Les autorités de Manama attribuent régulièrement les violences déclenchées pendant des manifestations à des "terroristes" qui selon elles bénéficient parfois de la "complicité" de l'Iran et nient toute discrimination envers les chiites. De nombreux opposants sont en prison.

La situation dans la région, notamment les conflits armés et la vague de violences au Moyen-Orient seront au centre d'une rencontre qui doit réunir à Manama les ministres des Affaires étrangères des monarchies du Golfe et leur homologue américain, John Kerry, attendu mercredi soir à Bahreïn, siège de la Ve Flotte américaine.

bur/tm/ras/feb