NOUVELLES
04/04/2016 01:36 EDT | Actualisé 05/04/2017 01:12 EDT

Paradis fiscaux : un proche du président mexicain Peña Nieto impliqué dans des détournements de fonds (presse)

Un homme d'affaires proche du gouvernement mexicain, impliqué dans la vente d'une propriété de la première dame, a détourné plus de 100 millions de dollars avec l'aide du cabinet d'avocats panaméen Mossack Fonseca, révèle le site du journal Aristegui Noticias, qui a eu accès à la liste "Panama Papers" publiée dimanche.

Juan Armando Hinojosa Cantu, propriétaire du groupe Higa et homme d'affaires proche du gouvernement du président Enrique Peña Nieto, a placé sa fortune dans des paradis fiscaux selon un circuit qui part de Mexico et conduit en Nouvelle-Zélande, déclare le journal. Celui-ci s'appuie sur une enquête planétaire réalisée par une centaine de journaux sur 11,5 millions de documents, révélant des avoirs dans les paradis fiscaux de 140 responsables politiques ou personnalités dans le monde.

Ces documents, "Panama papers", proviennent du cabinet d'avocats panaméen Mossack Fonseca.

"L'argent a circulé via des transferts bancaires par le biais de sociétés écran créées par Mossack Fonseca, sous les prête-noms de sa mère Dora Patricia Cantu Moreno et de sa belle-mère María Teresa Cubría Cavazos", précise Aristegui Noticias, qui avait révélé dès 2014 le scandale dit de la Maison Blanche, désignant la propriété acquise par la première dame du Mexique.

L'épouse du président, Angelica Rivera, avait acheté une propriété de plus de trois millions de dollars a Juan Armando Hinojosa Cantu, avant l'élection à la présidence de Peña Nieto en juillet 2012.

Selon les documents de Mossack Fonseca révélés dimanche, Hinojosa aurait créé cinq sociétés au nom de sa mère, un mois après l'ouverture d'une enquête publique pour conflit d'intérêts sur le cas de la Maison Blanche.

Parmi les personnes citées par les Panama Papers, figurent également les noms d'un responsable de l'entreprise publique mexicaine Petroleos Mexicanos (Pemex), de politiques, d'une actrice polulaire ou de narcotrafiquants tel que le fameux capo Rafael Caro Quintero et des membres du Cartel Jalisco Nouvelle génération, selon la revue Proceso.

La revue cite aussi les banques au Mexique Santander Private Banking, HSBC Private Banking, Credit Suisse First Boston et Merril Lynch, parmi les institutions bancaires impliquées dans la dissimulation d'avoirs dans les paradis fiscaux.

lp/val/ros/pt