NOUVELLES
04/04/2016 07:09 EDT | Actualisé 05/04/2017 01:12 EDT

"Panama Papers": le président argentin sommé de s'expliquer

Le président argentin Mauricio Macri, cité dans un scandale mondial d'évasion fiscale surnommé "Panama Papers", a été sommé lundi par un parti d'opposition de s'expliquer.

La présidence argentine a réagi dimanche dans un communiqué en disant que Mauricio Macri n'avait jamais eu de participation dans le capital de l'entreprise cité, Fleg Trading Ltd, et que son nom était apparu de manière ponctuelle dans les registres de la société, appartenant au groupe familial.

L'opération Panama Papers, l'enquête d'un consortium d'investigation (ICIJ), a publié dimanche les noms de hauts responsables politiques, des sportifs ou des milliardaires, soupçonnés de fraude, dont ceux de Mauricio Macri, de son père, le milliardaire Franco Macri, et de la star du football argentin Lionel Messi.

Avant d'arriver au pouvoir en décembre 2015, M. Macri a été président du club de football de Boca Juniors, de 1995 à 2007, et maire de Buenos Aires, de 2007 à 2015.

Le Front rénovateur de Sergio Massa, figure montante de la politique argentine, a demandé au chef de l'Etat de s'exprimer à la télévision sur cette affaire. Ce parti politique se situe dans l'opposition mais a récemment voté le texte autorisant le gouvernement à solder le contentieux sur la dette avec des fonds spéculatifs.

Sur des documents qui ont filtré, Mauricio Macri apparaît comme dirigeant de Fleg Trading Ltd, une société domiciliée aux Bahamas, un paradis fiscal dans les Caraïbes.

Fleg Trading était une entreprise utilisée pour des investissements au Brésil par le Groupe Macri, dirigé par Franco Macri, qui a cessé d'exister en 2009, précise le quotidien argentin La Nacion, membre du Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ), un collectif de journalistes, auteur d'enquêtes retentissantes sur les paradis fiscaux.

Macri s'est fixé comme objectif de lutter contre la corruption et l'impunité, "il ne peut exister le moindre doute sur l'image du président, il faut qu'il fasse une déclaration à la télévision, et fournisse une explication", a déclaré Marco Lavagna, député du Front rénovateur.

pb/ls/ap/tup/ib