POLITIQUE
04/04/2016 01:54 EDT | Actualisé 04/04/2016 01:55 EDT

Opposition péquiste: le gouvernement Couillard «sans coeur» nuit à Montréal

Alice Chiche

Les députés péquistes de la région de Montréal reprochent au gouvernement Couillard d'avoir "fait fuir les investisseurs" et d'avoir adopté tellement de mesures d'"austérité" que cela a ralenti l'économie québécoise, dont l'économie montréalaise.

Après les groupes de femmes dimanche, c'était lundi au tour des députés de l'opposition officielle de la région de Montréal de soutenir que les mesures de rigueur budgétaire imposées par le gouvernement Couillard ont profondément nui.

Les députés péquistes ont cité, entre autres dossiers, le prolongement du métro sur la ligne bleue dans l'est de Montréal, le développement de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont, l'avenir du Stade olympique, le manque de logements sociaux, les programmes de francisation et le parc immobilier vieillissant des écoles.

Faisant référence au logement communautaire et social, qui est passé de 1000 unités à 550, la députée d'Hochelaga-Maisonneuve, Carole Poirier, a déploré la situation. "Moins de logements sociaux, plus de programmes de rénovation, et bien on peut le dire: le gouvernement Couillard est un gouvernement sans coeur", a-t-elle lancé.

Le député Jean-François Lisée a soutenu que le nombre de chômeurs sur l'île avait aussi augmenté, passant de 97 000 sous le gouvernement péquiste de Pauline Marois à 116 000 en février dernier sous celui, libéral, de Philippe Couillard.

"L'effet libéral sur Montréal, c'est un effet néfaste. Il faut complètement changer d'approche, il faut être beaucoup plus actif pour attirer les investissements. C'est clair que M. Couillard fait fuir les investisseurs", a critiqué le député de Rosemont.

Bien que les députés péquistes de la région de Montréal aient brossé un sombre portrait pour leur région, ils ont soutenu que la situation serait la même pour d'autres régions du Québec, puisque les questions de logement, de parc immobilier scolaire vieillissant, de développement économique, par exemple, ne connaissent pas de frontières.

"C'est vrai pour toutes les régions du Québec, c'est sûr. On est solidaire avec toutes les régions du Québec qui souffrent de la déstructuration de leurs instruments de concertation et de développement économique", a avancé le député Lisée.

Voir aussi:

Galerie photo Le Conseil des ministres de Philippe Couillard Voyez les images