NOUVELLES
04/04/2016 17:27 EDT | Actualisé 05/04/2017 01:12 EDT

ONU:une ancienne première ministre de la N.-Zélande brigue le secrétariat général

WELLINGTON, Nouvelle-Zélande — Une ancienne première ministre de la Nouvelle-Zélande, Helen Clark, a annoncé sa candidature au poste de secrétaire général de l'Organisation des nations unies, disant vouloir lui apporter son expérience et son sens du leadership.

Mme Clark devient la huitième candidate  — la première ne provenant pas de l'Europe — à briguer la succession de Ban Ki-moon dont le deuxième mandat prend fin à la fin de l'année. Certains membres de l'ONU souhaitent la nomination d'une première femme à ce poste; d'autres, comme la Russie, prône l'élection d'un premier candidat provenant de l'Europe de l'est.

L'actuel premier ministre néo-zélandais John Key dit avoir personnellement soulevé la possibilité d'une candidature de Mme Clark au président américain Barack Obama, la semaine dernière. Il a promu cette candidature auprès du président chinois Xo Jinping, le mois dernier.

Le gouvernement néo-zélandais a annoncé mardi (heure locale) qu'il présentait officiellement la candidature de Mme Clark. M. Key a dit souhaiter que les membres permanents du Conseil de sécurité, exerceront une grande influence sur les résultats.

Helen Clark a été première ministre pendant neuf ans, jusqu'en 2008. Elle dirige le Programme des Nations unies pour le développement depuis sept ans.

Dans une entrevue accordée à l'Associated Press, Mme Clark dit croire que le poste est ouvert malgré les voeux de la Russie.

«Si on considère ce que j'ai accompli dans ma vie, je peux dire que je possède les habiletés pour occuper ce poste, a-t-elle déclaré. J'ai dirigé un petit pays du Pacifique-Sud pendant neuf ans. J'ai occupé des postes de responsabilités pendant près de trois décennies.»

L'Assemblée générale des Nations Unies commencera à rencontre les candidats à compter de la semaine prochaine.