NOUVELLES
04/04/2016 01:54 EDT | Actualisé 05/04/2017 01:12 EDT

Le festival Polynesia Tatau, aux racines du tatouage

Un puissant mave mai, le chant de bienvenue des îles Marquises, suspend les aiguilles des tatoueurs quelques secondes : un groupe d'une cinquantaine de danseurs entame un haka féroce au coeur du Festival international Polynesia Tatau, à Tahiti.

Les hommes arborent des dents de cochons sauvages autour du cou, les femmes préfèrent les plumes et les coquillages. Mais tous sont tatoués : les Marquises sont le berceau de l'art ancestral du tatau, un mot polynésien à l'origine du mot anglais tattoo, qui a lui-même donné tatouage en français.

Dans les box de bois habillés de draps noirs, touristes et autochtones prêtent leur peau aux cinquante tatoueurs invités pour ce festival. Beaucoup de ces artistes de la peau viennent de la Polynésie française: des Marquises, des Îles-Sous-Le-Vent, de Moorea et bien sûr de Tahiti.

Ils préfèrent le tatouage maohi, à base de formes symboliques, qui dégagent une grande force. "C'est une armure qui me protège des mauvais esprits", assure à l'AFP Mahiti Napotahi, un Paumotu (habitant de l'archipel des Tuamotu).

Aujourd'hui, il aide les artistes qui tatouent à l'ancienne : il faut deux personnes pour tendre la peau des clients, tatoués avec un petit peigne en os de cochon trempé dans de l'encre, lui-même frappé avec une petite baguette. C'est le claquement répétitif de cette petite baguette qui aurait donné le mot tatau.

Pour une meilleure hygiène et plus de précision, le peigne en os est désormais souvent remplacé par une série d'aiguilles, mais la technique reste la même.

- Marche sur le feu inaugurale -

"Un jour, j'ai vu un Tahitien entièrement tatoué, et je me suis dit qu'un jour je serai comme ça", confie Aito, un tatoueur suisse de 40 ans, dans un autre stand. Il a tenu parole : dix ans plus tard, il est tatoué de la tête aux pieds avec des motifs polynésiens. "C'est ça, le patu tiki, qui a la symbolique la plus forte: même à Lausanne où je travaille, c'est très demandé", assure-t-il.

Autre symbole de partage et de souffrances communes : le umu ti. Cette marche sur le feu a ouvert le festival, qui s'est tenu de jeudi à dimanche soir. Les tatoueurs ont foulé des pierres chauffées par des flammes, dans la tradition polynésienne.

Aux côtés des Canadiens, Chiliens et Brésiliens, les meilleurs Japonais sont aussi là, comme Taku Oshiwa, spécialiste de formes arrondies très fluides, ou Sousyu Hayashi, qui impressionne avec une technique de levier entre ses doigts. Mais ses carpes aux ombres travaillées sont un peu isolées parmi les motifs traditionnels.

Mayo Landicho, un tatoueur philippin, montre les photos de ses oeuvres aux visiteurs polynésiens. Il assure que leurs motifs sont cousins : "c'est une même culture, très lointaine, qui s'est répandue dans tout le Pacifique".

Parmi les visiteurs, Estelle Anania. Les dessins les plus variés ondulent sur son corps de mannequin : "Je crois en des forces protectrices, religieuses ou spirituelles, comme le tenga tenga (poisson perroquet), c'est pour ça que j'ai ses écailles sur le bras, mais aussi un ange, une croix, des fleurs, ce signe japonais, et puis ce personnage mi-ange mi-démon, c'est tout moi", s'amuse-t-elle.

"En vingt ans, tout a changé", explique l'organisateur du festival Thierry Pirato : "avant les femmes se tatouaient peu, et puis elles ont voulu un bracelet ou un papillon, et maintenant elles demandent tout le dos : le tatau, maintenant, c'est vraiment pour tout le monde".

Le monde du tatouage est gagné par le marketing et les nouvelles technologies : certains tatoueurs ne jurent plus que par les machines rotatives, qui permettraient un travail plus précis. Mais sur les stands des anciens, bercés par les vagues toutes proches, on entend toujours le même bruit qu'autrefois : ta-tau, ta-tau.

ml/caz/chp/jh