NOUVELLES
04/04/2016 10:29 EDT | Actualisé 05/04/2017 01:12 EDT

La Cour d'appel refuse une deuxième fois de libérer sous caution Dennis Oland

FREDERICTON — La Cour d'appel du Nouveau-Brunswick a rejeté pour une deuxième fois la demande de libération sous caution de Dennis Oland, qui contestera en octobre le verdict de culpabilité prononcé contre lui pour le meurtre non prémédité de son père.

Dans une décision écrite rendue publique lundi, un comité de trois juges de la Cour d'appel, dont le juge en chef, confirme ainsi la décision d'un juge du même tribunal rendue en février.

Dennis Oland, âgé de 48 ans, avait été condamné le 11 février dernier à la prison à perpétuité, sans possibilité de libération conditionnelle avant 10 ans, pour le meurtre de son père, l'homme d'affaires Richard Oland, commis en juillet 2011.

Le 17 février, le juge Marc Richard, de la Cour d'appel, refusait de libérer Oland en attendant la suite des procédures en appel. Le juge estimait alors que la confiance de la population envers le système judiciaire serait minée si Oland était libéré. La défense d'Oland avait ensuite contesté cette décision.

Le juge en chef de la Cour d'appel, Ernest Drapeau, au nom de deux de ses collègues, écrit que le cas d'Oland ne se qualifie pas pour un renversement de la décision antérieure. Les trois juges soutiennent en effet que le rejet initial de la requête n'était pas déraisonnable et ne constituait pas une erreur de droit ou de faits.

L'appel sur le verdict de culpabilité prononcé contre Oland doit être entendu à compter du 18 octobre, et l'inculpé devra donc demeurer détenu jusque-là.

Il est extrêmement rare au Canada qu'un condamné pour meurtre — même non prémédité — obtienne sa libération sous caution en attendant l'audition de son appel.