NOUVELLES
04/04/2016 13:34 EDT | Actualisé 05/04/2017 01:12 EDT

Jean Charest voit de bons arguments en faveur d'une constitution pour le Québec

MONTRÉAL — Jean Charest est d'avis qu'il y a des arguments solides pour l'adoption d'une constitution écrite pour le Québec, et qu'elle aurait même possiblement empêché le Parti québécois de présenter sa controversée Charte des valeurs.

L'ex-premier ministre libéral a tenu ces propos à l'occasion d'une allocution présentée à la faculté de droit de l'Université américaine Yale, fin mars, lors d'un symposium intitulé: «Est-ce que le Québec a besoin d'une constitution écrite?» Les remarques de M. Charest, en anglais, ont été mises en ligne par le centre de diffusion de l'Université.

Selon lui, une constitution pour le Québec ne pourrait être adoptée qu'après un référendum à ce sujet.

Pour cette raison, M. Charest, qui s'est décrit dans sa conférence comme «le général en temps de guerre» contre le référendum de 1995, n'aurait pu présenter de référendum sur une constitution pour le Québec.

La population aurait été confuse, a-t-il affirmé, un obstacle qui n'aurait vraisemblablement pas été surmonté. 

Mais si une telle constitution existait en 2013 lorsque le projet péquiste de charte des valeurs a été déposé à l'Assemblée nationale, elle aurait peut-être pu empêcher la création de cette charte — qualifiée par M. Charest d'offensante. Ou encore elle aurait permis de formuler des arguments plus solides pour l'opposer ou aurait créé un environnement qui aurait mobilisé les gens plus facilement contre une telle législation, a aussi fait valoir M. Charest.

Également, une constitution provinciale aurait peut-être aidé les Québécois à renforcer leur sens d'identité, ce qui le conférencier voit positivement.

Mais les bonnes circonstances doivent exister pour qu'une telle discussion ait lieu, avertit l'ancien premier ministre, qui continue de faire l'apologie du fédéralisme.

Et jusqu'à ce que ce jour arrive, M. Charest recommande de travailler avec les outils qui existent actuellement.