NOUVELLES
04/04/2016 03:05 EDT | Actualisé 05/04/2017 01:12 EDT

Congo: Paris appelle à la "retenue", demande à ses ressortissants de rester chez eux

La France, "préoccupée" par les violences survenues dans la nuit à Brazzaville, a appelé lundi à la "retenue" et adressé des consignes de sécurité à ses ressortissants sur place, invités à rester chez eux.

Des combats ont opposé des membres des forces de l'ordre congolaises dans le sud de Brazzaville à des assaillants non identifiés dans la nuit de dimanche à lundi et un commissariat a été incendié.

"Nous sommes préoccupés par les événements violents qui ont eu lieu cette nuit dans certains quartiers de Brazzaville", a déclaré le porte-parole du Quai d'Orsay Romain Nadal, en appelant à "la retenue".

"Notre ambassade a immédiatement adressé des consignes de sécurité et des appels à la prudence à nos ressortissants sur place, qui ont été invités à rester chez eux. Le lycée français est fermé aujourd'hui", a-t-il ajouté.

Les violences surviennent alors que la Cour constitutionnelle congolaise est en train d'étudier, en vue de leur validation définitive, les résultats de la présidentielle du 20 mars, lors de laquelle, selon les autorités, le président Denis Sassou Nguesso, qui cumule 32 ans de pouvoir au Congo, a été réélu pour cinq ans dès le premier tour avec plus de 60% des voix.

Rejetant ces résultats comme une "forfaiture", cinq candidats d'opposition ont appelé la population à les contester par des voies légales et pacifiques.

Paris a dénoncé le "contexte préoccupant" dans lequel s'est déroulée cette élection, les autorités ayant coupé tous les moyens de communication, mais ne s'est pas exprimé sur la validité du scrutin.

cf/blb/jhd