NOUVELLES
04/04/2016 11:32 EDT | Actualisé 05/04/2017 01:12 EDT

Colombie : la guerre contre le narcotrafic "n'a pas été gagnée" (président)

Le président colombien Juan Manuel Santos a admis que la guerre contre le trafic de drogue n'avait "pas été gagnée", malgré 40 ans de lutte, et appelé à examiner "ce que nous faisons mal", lundi lors d'une visite au Guatemala.

"Elle n'a pas été gagnée, l'objectif n'a pas été rempli et (on) doit se demander ce que nous faisons mal et ce que nous devons changer", a-t-il déclaré lors d'une réunion avec des entrepreneurs au Guatemala, où il a débuté une visite en Amérique centrale qui doit le conduire également au Salvador et au Honduras.

"Le crime organisé est un crime transnational car il dépasse les frontières, c'est pourquoi la bataille contre ce crime doit être multinationale", a-t-il estimé, appelant à un renforcement de la coopération.

Par ailleurs, Juan Manuel Santos s'est dit "déterminé" à mettre fin au conflit armé qui déchire son pays depuis plus d'un demi-siècle.

"Nous avons eu de très graves problèmes avec la guérilla, nous somme toujours en guerre, un conflit armé interne auquel je suis déterminé à mettre un terme", a souligné le chef d'Etat colombien.

La Colombie a annoncé mercredi l'ouverture de pourparlers de paix avec l'ELN, la seconde guérilla du pays, en parallèle à ceux déjà menés avec la principale rébellion des Farc.

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté samedi en Colombie pour protester contre son gouvernement et le processus de paix, à l'appel de l'ancien chef de l'Etat Alvaro Uribe, farouche adversaire des négociations de paix avec les guérillas.

ec/on/tup/fjb