NOUVELLES
04/04/2016 05:52 EDT | Actualisé 05/04/2017 01:12 EDT

C1 - 1/4 aller: Barça-Atletico sera plus dur que le clasico, selon Piqué

Le FC Barcelone, défait samedi par le Real Madrid dans le clasico de Liga (2-1), aborde mardi un match encore "plus difficile" contre l'Atletico en quart aller de Ligue des champions (18h45 GMT), a prévenu lundi le défenseur catalan Gerard Piqué.

Q: Dans quel état d'esprit abordez-vous le choc de mardi ?

R: "Ce match est très important. Après ce qui s'est passé samedi, il serait bon de faire un très bon match au niveau du jeu et du résultat, avant d'aborder le retour au stade Calderon. Je crois qu'on va voir le Barça des grands soirs. Nous partirons à l'assaut dès le début du match et nous essaierons de marquer le plus de buts possibles. (...) Aujourd'hui (lundi), j'ai vu un vestiaire avec une folle envie de jouer ce match et de le gagner. Hier (dimanche), c'était davantage une journée pour réfléchir à ce que nous aurions pu améliorer samedi, mais l'équipe est désormais pleinement focalisée sur le match de mardi."

Q: La défaite dans le clasico est-elle une piqûre de rappel pour éviter tout relâchement ?

R: "Nous n'avons pas besoin de piqûre de rappel, nous savons depuis des années combien tout cela est difficile, le fait de gagner chaque jour et d'essayer de décrocher tous les titres. Nous avons un énorme défi devant nous, gagner à nouveau le triplé (Liga-Coupe-C1, NDLR). C'est un défi grandiose, un défi fantastique et nous avons hâte de le relever. Demain (mardi), c'est la première étape et nous allons y aller à fond."

Q: L'Atletico Madrid vous effraie-t-il ?

R: "Non, ils ne me font pas peur, mais c'est vrai qu'ils réalisent une saison spectactulaire. Cette équipe est devenue la deuxième d'Espagne, comme le prouve le classement du Championnat. Ce sera plus difficile que samedi. C'est une équipe qui te complique davantage les choses parce qu'elle se replie bien derrière, elle sort en contre et elle a en outre des variantes, comme contre le Betis Séville l'autre jour (victoire 5-1, NDLR). Nous verrons ce qu'ils nous proposent. Mais au final, tout dépend de nous. Il faut être présent, il faut vouloir le ballon, qu'il circule rapidement et que le public nous pousse comme samedi. Si tout est réuni, je crois que nous sommes quasiment inarrêtables."

Q: Vous avez déclaré que vous aimeriez affronter le Real Madrid en finale de la Ligue des champions. Est-ce toujours le cas ?

R: "Bien sûr, rien n'a changé. Pour une seule défaite, nous les Barcelonais avons tendance à être négatifs. (...) Je pense que nous devons garder confiance en nous-mêmes et en tout ce que nous avons réussi à faire. Quand on parle de l'héritage de (Johan) Cruyff, il est arrivé comme entraîneur ici en 1988. Moi, j'avais un an et j'ai commencé à vivre cela. Quand il est arrivé, le Barça sauvait sa saison lorsqu'il battait le Real, c'était notre titre de gloire. Maintenant, nous sommes en 2016 et les rôles se sont inversés. Donc nous devons être heureux et ne pas avoir peur, parce que nous avons une équipe capable de rivaliser avec tout le monde."

Propos recueillis en conférence de presse.

jed/chc