NOUVELLES
04/04/2016 16:12 EDT | Actualisé 05/04/2017 01:12 EDT

Affaire Hamad: Premier Tech accuse le GDEQ de ternir son image

QUÉBEC — La société Premier Tech a accusé lundi le Directeur général des élections du Québec (DGEQ) de ternir «indument» son image avec l'annonce qu'il examinera «fortement» les contributions politiques de l'entreprise.

Dans une réaction à cette décision annoncée lundi par le DGEQ, la directrice des relations publiques de l'entreprise, France Bégin Parent, a réfuté toute allégation que des membres de son personnel aient pu faire des contributions illégales.

Une porte-parole du DGEQ, Alexandra Reny, a déclaré lundi que l'institution se penchait sur des allégations de financement politique illégal dont le président du Conseil du trésor, Sam Hamad, aurait bénéficié, a déclaré lundi une porte-parole.

Cette décision survient à la suite de la diffusion d'un reportage démontrant que M. Hamad aurait pu recevoir des dons illégaux de la part de dirigeants de l'entreprise Premier Tech, a affirmé Mme Reny.

Dans un courriel acheminé par la suite, Mme Bégin Parent a déclaré que «toutes les contributions électorales faites par les dirigeants de Premier Tech, ou les membres de leur famille, ont été effectuées dans le plus strict respect des dispositions législatives applicables».

«Affirmer ou laisser entendre le contraire est hautement préjudiciable et porte atteinte à la réputation de l'entreprise et de son personnel», a écrit la porte-parole de Premier Tech, en ajoutant que «les propos du DGE ternissent indument l'image de Premier Tech».