NOUVELLES
02/04/2016 05:54 EDT | Actualisé 03/04/2017 01:12 EDT

Syrie: le cessez-le-feu partiel semble être menacé par des combats à Alep

BEYROUTH — Le cessez-le-feu partiel en Syrie semble être menacé alors que des combats ont repris, samedi, près d'Alep, entre les forces gouvernementales et les militants de l'opposition, dont des membres d'un groupe lié à Al-Qaïda, le Front al-Nosra.

Au moins 25 combattants progouvernementaux ont péri dans les affrontements au sud d'Alep, où le Front al-Nosra et les milices rebelles ont pris le contrôle d'une colline qui donne une vue sur une autoroute importante de la région, selon un groupe militant, l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

Les combats se poursuivaient dans la journée près du village d'Al-Aïs, qui donne sur la route principale liant Alep à la capitale, Damas.

L'offensive coordonnée entre les rebelles et le Front al-Nosra fait suite à des semaines de frappes aériennes sur des zones contrôlées par l'opposition —et ce, malgré le cessez-le-feu. La trêve, la première depuis le début de la guerre civile en Syrie il y a cinq ans, n'inclut pas le Front al-Nosra et le groupe armé État islamique.

Jeudi, les bombardements menés par des avions gouvernementaux près de Damas ont tué 33 civils, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

Les frappes gouvernementales ont également ciblé des places publiques à Maarat Al-Nouman, dans la province d'Idlib, où des résidants manifestaient contre la présence du Front al-Nosra dans la ville.