NOUVELLES
02/04/2016 09:05 EDT | Actualisé 03/04/2017 01:12 EDT

GP de Bahreïn: Hamilton et Mercedes devant, comme à Melbourne

Comme en Australie pour l'ouverture de la saison de Formule 1, Lewis Hamilton (Mercedes) partira en pole position dimanche soir pour le GP de Bahreïn, à côté de son coéquipier Nico Rosberg qu'il a devancé de 77 millièmes de seconde samedi soir en qualifications.

C'est la 51e pole position de la carrière d'Hamilton en F1 et la 2e d'affilée cette saison, après celle de Melbourne il y a deux semaines.

"Ce n'est pas un week-end facile pour moi, je suis moins dans le rythme que Nico, mais j'ai réussi à faire un bon tour au bon moment, mon meilleur tour depuis vendredi", a réagi Hamilton en conférence de presse.

Le triple champion du monde en titre a signé son meilleur tour en 1 min 29 sec et 493/1000e, soit une demi-seconde de mieux que Sebastian Vettel (Ferrari), auteur d'un meilleur départ que les pilotes Mercedes en Australie, depuis la deuxième ligne de la grille de départ.

Cette deuxième ligne sera 100% Ferrari et identique à celle de Melbourne, avec à côté de Vettel l'autre père de famille de la Scuderia, le Finlandais Kimi Räikkönen, 2e de l'édition 2015 de ce GP de Bahreïn en nocturne, à la lueur des projecteurs.

En troisième ligne, l'Australien Daniel Ricciardo (Red Bull), auteur du 5e chrono grâce à son moteur Renault (badgé Tag-Heuer) en progrès constant, sera accompagné par un autre Finlandais, Valtteri Bottas (Williams), équipé d'un moteur Mercedes.

- Qualifications: réunion dimanche à midi -

Hamilton a amélioré de trois secondes son chrono de la pole position 2015. Un gain énorme, en un an, dû selon lui à des conditions de piste plus favorables, des pneus Pirelli plus performants et "le développement" de sa voiture, la Mercedes W07 Hybrid, sur les 12 derniers mois.

Le nouveau format des qualifications, décidé cet hiver, dans l'urgence, et testé pour la deuxième fois d'affilée après Melbourne, n'a rien changé à l'issue de la séance: deux Mercedes devant, deux Ferrari en 2e ligne, et tous les autres derrière. "Ca n'a rien changé pour nous", a dit Hamilton, et ses deux collègues de travail ont abondé dans son sens.

Une nouvelle réunion est prévue dimanche à midi pour décider ou non de poursuivre l'expérience de ces qualifications modifiées, par rapport à 2015. Elle aura lieu en présence du promoteur de la F1, Bernie Ecclestone, et du président de la Fédération internationale de l'automobile (FIA), Jean Todt, qui chercheront à obtenir l'unanimité des 11 écuries sur un retour au format de 2015, ou pas.

Enfin, en marge de cette journée dans le désert, on a appris de source allemande que Rosberg avait sauvé un enfant de cinq ans d'une possible noyade, à Monaco, le week-end avant le GP d'Australie, en plongeant de la jetée où il jouait avec sa fille de sept mois.

dlo/adc