DIVERTISSEMENT
01/04/2016 08:25 EDT

«La voix junior»: une grande fête pour Alex Nevsky

Philippe-Olivier Contant/Agence QMI

Il fallait voir Alex Nevsky multiplier les «selfies», sourire aux lèvres, et s’amuser autant que les gamins qui l’interpellaient, sur «l’anti tapis» de KARV l’anti-gala, en août dernier, pour constater à quel point le chanteur adore les jeunes, ses «humains favoris», décrète-t-il.

L’équipe de production de La voix junior a donc bien choisi en l’invitant à devenir le troisième coach de l’émission qui prendra son envol à l’automne, à TVA, aux côtés de Marie-Mai et Marc Dupré. Nevsky entrevoit déjà sa présence, son mandat là-bas, comme «une grande fête».

«J’aime beaucoup mon rôle de mentor à La voix, mais avec les adultes, être coach, je pense que ça serait trop pour moi. Les adultes arrivent là avec un paquet d’attentes énormes, et j’ai l’impression que ce doit être difficile à soutenir au quotidien.»

«Mais les enfants, c’était complètement naturel, pour moi, d’aller avec eux. Ce week-end, à Pâques, j’étais avec toute ma famille, et je jouais avec les kids des autres. Je suis toujours avec les kids. On se comprend. Je ne pense pas avoir l’âge mental de quelqu’un de 8 ou 9 ans, mais ce sont les humains que je préfère, dans leur spontanéité, leur volonté de toujours dire ce qu’ils pensent. Il va y avoir de petits prodiges, à La voix junior…»

Le jeune homme s’enflamme d’excitation en imaginant d’avance les fillettes et les garçonnets hauts comme trois pommes qui émouvront la galerie en entonnant, par exemple, un air de Piaf, sans même réaliser la signification des paroles qu’ils ont en bouche.

«C’est tellement la pureté à son maximum, s’attendrit l’artiste. Cette intelligence, naturelle, est plus forte que toutes les couches qui vont se rajouter en vieillissant, que tout ce que la société nous rajoute comme merde, comme gêne… C’est ce que je trouve fabuleux, en allant faire ce gros show-là. Le rapport privilégié que je vais avoir avec autant de jeunes, je trouve ça beau.»

Pas une compétition

Alex Nevsky ne cache pas qu’il a émis certaines réserves avant d’accepter de se joindre au trio de guides qui prendra place dans les emblématiques fauteuils rouges qui pivotent. Or, Stéphane Laporte, concepteur, et autres artisans de La voix junior l’ont vite rassuré : tout est mis en œuvre, dans le processus, des auditions jusqu’aux derniers enregistrements, pour protéger adéquatement les petits participants, âgés de 7 à 14 ans. On leur offrira même du support, à eux et à leur famille, jusqu’à un an après la fin de l’aventure.

«Quand on me l’a demandé, au début, j’ai eu mes questionnements par rapport à l’éthique, à l’enfant, à son besoin d’encadrement, qui est pas mal plus intense que celui d’un adulte. Mais la direction de La voix m’a vraiment convaincu que toutes les mesures sont prises pour soutenir l’enfant à chaque étape. C’est ce qui m’inquiétait le plus», relate Nevsky.

L’auteur-compositeur ne compte pas jouer la carte de la rivalité, même si La voix junior demeure un concours.

«La compétition, pour moi, c’est un mal nécessaire. J’ai vraiment envie d’aller m’amuser avec l’équipe, et surtout pas d’être dans un esprit de compétition avec Marc et Marie-Mai. Premièrement, Marie-Mai va me clencher (rires), mais surtout, parce que j’ai envie qu’on soit là, simplement, complètement, pour les jeunes. Pour moi, il n’y a aucune game d’ego là-dedans. Tout est dans le fait de profiter de ces talents bruts et d’avoir la chance de les propulser, ou juste de les encadrer, les polir un peu. Mon rôle sera d’accompagner. Je n’ai pas l’impression que je vais changer des vies; j’ai envie d’être comme un grand frère qui connaît un peu la musique.»

«Je veux amener le potentiel de chaque enfant à son maximum, mais je veux que ce soit fait dans un gros camp de vacances, sans stress ni pression des caméras», termine un Alex Nevsky aux yeux brillants.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST