POLITIQUE
01/04/2016 10:02 EDT

Courriels douteux: «C'est des insinuations, des amalgames», dit Sam Hamad

Le président du Conseil du trésor, Sam Hamad, réfute les révélations du reportage de l'émission Enquête montrant l'accès privilégié dont a bénéficié Marc-Yvan Côté auprès de lui alors qu'il était ministre au sein du gouvernement de Jean Charest. Le Commissaire à l'éthique a annoncé qu'il allait faire la lumière sur ces révélations après le ministre ait lui-même demandé une enquête.

Selon Enquête, des courriels démontrent que Sam Hamad était « une source d'information stratégique » et faisait avancer au gouvernement les dossiers de Marc-Yvan Côté, alors vice-président du C. A. de Premier Tech, une entreprise de Rivière-du-Loup en quête de subvention.

Quant à Marc-Yvan Côté, il s'activait pour récolter du financement politique.

«C'est des insinuations, des amalgames et des raccourcis dans des emails que je n'ai jamais écrits et je n'ai jamais été impliqué dans l'écriture de ces emails-là et on fait des interprétations.»

- Sam Hamad

En entrevue ce matin à la radio de Radio-Canada, Sam Hamad affirme n'avoir rien à se reprocher. Il soutient n'avoir fait, à l'époque, rien d'autre que son travail de ministre et de député.

Il admet avoir reçu un appel de M. Côté pour faire le suivi du dossier de Premier Tech, mais affirme n'être jamais intervenu pour influer sur la décision d'Investissement Québec.

«Je ne suis jamais intervenu pour changer la décision. Ce que j'ai fait, j'ai fait le suivi d'avancement du dossier, tout simplement ça, parce que c'était un bon projet pour la région»

- Sam Hamad

En 2012, le gouvernement de Jean Charest a annoncé officiellement un prêt de 11 millions de dollars d'Investissement Québec et une subvention du ministère du Développement économique de 8 millions de dollars. Sam Hamad était présent à l'annonce.

Sam Hamad a été ministre des Transports du 11 août 2010 au 6 septembre 2011 puis ministre du Développement économique du 7 septembre 2011 au 19 septembre 2012. Il a aussi été vice-président du Conseil du trésor du 15 janvier 2009 au 19 septembre 2012 en plus d'avoir été ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale du 18 décembre 2008 au 19 septembre 2012.

« On n'a pas à faire la police »

Quant au fait que M. Côté n'était pas inscrit au registre des lobbyistes à ce moment, le ministre Hamad dit l'avoir appris dans le reportage d'Enquête.

Sam Hamad fait valoir qu'il n'est pas de la responsabilité des élus de s'assurer que les représentations qui sont faites auprès d'eux le sont par des personnes dûment inscrites au registre des lobbyistes.

« La loi est claire là-dessus, c'est la responsabilité des personnes, des gens qui rencontrent les ministres de s'inscrire, plaide-t-il. Nous, on n'a pas à faire la police pour voir s'ils sont inscrits. »

Par ailleurs, Sam Hamad dit n'avoir jamais divulgué d'informations confidentielles concernant les délibérations au Conseil du Trésor.

«Je n'ai fait aucune démarche au Trésor et toutes les informations au Conseil du Trésor sont confidentielles et j'ai toujours respecté ces signaux-là.»

- Sam Hamad

Pas de financement politique sollicité

En ce qui a trait à la participation de Premier Tech au financement politique de Sam Hamad, tel qu'évoqué dans un courriel, le ministre soutient n'avoir jamais sollicité de membres de l'entreprise pour obtenir une contribution et insiste pour dire que les dons reçus dans les campagnes de financement respectent les règles.

« C'est à eux à justifier pourquoi ils ont fait des dons. C'est clair dans les courriels, on n'a jamais sollicité ces gens-là pour faire des dons. Donc, s'ils ont décidé de faire des dons c'est leur choix et leur responsabilité », fait-il valoir

Le ministre Hamad assure finalement qu'il offrirait sa pleine collaboration si des enquêtes du commissaire au lobbyisme et à l'éthique étaient déclenchées.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Assemblée nationale Voyez les images