Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

USA: sursis de dernière minute pour un condamné à mort

Une cour d'appel du Texas a accordé mercredi un sursis de dernière minute à un condamné à mort qui devait être exécuté ce même jour, 15 ans après avoir tué par balle ses deux petites filles.

John Battaglia, 60 ans, aurait dû recevoir une injection létale mercredi à 18H00 (23H00 GMT), et les juges ont stoppé le processus quelques heures seulement avant l'instant fatidique.

Le prisonnier avait introduit d'ultimes recours en justice pour contester sa condamnation à mort, en demandant à s'appuyer sur un nouvel avocat et en faisant valoir qu'il souffrait d'incapacité mentale.

La cour d'appel a jugé qu'il était dans son droit et a infirmé un précédent jugement lui interdisant de préparer ainsi sa défense.

"M. Battaglia a en effet manqué d'un conseil pour préparer son recours en nullité pour incapacité mentale", ont estimé les magistrats dans leur arrêt consulté par l'AFP.

Il y a 15 ans, John Battaglia avait fait les gros titres de la presse américaine et même au-delà en raison de l'atrocité de son double meurtre.

Cet ancien comptable au passé violent et vivant séparé de son ex-épouse avait ouvert le feu à son domicile sur leurs deux filles, âgées de 6 et 9 ans, en prenant soin que la mère entende la scène à distance, grâce au haut-parleur du téléphone.

L'homme s'était ensuite rendu dans un salon de tatouage pour se faire graver sur le bras deux dessins en hommage à ses deux petites filles décédées.

Le Texas est l'Etat qui exécute le plus aux Etats-Unis et on peut s'attendre à ce que le procureur bataille afin d'obtenir une nouvelle date d'exécution pour M. Battaglia.

seb/vog

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.