Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Réfugiés syriens : Ban Ki-moon lance un appel à la « solidarité mondiale »

L'Organisation des Nations unies (ONU) interpelle la communauté internationale sur la nécessité d'accueillir un plus grand nombre de réfugiés syriens. L'organisation internationale espère ainsi trouver des pays d'accueil pour près de 500 000 réfugiés sur trois ans.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a dit espérer « une hausse exponentielle de la solidarité mondiale ».

Selon un rapport publié mardi par Oxfam, les pays riches n'ont réinstallé que 67 100 réfugiés syriens, soit 1,39 % du total. Mais le Liban, a rappelé Ban Ki-moon, a accueilli plus d'un million de Syriens, la Turquie plus de 2,7 millions et la Jordanie plus de 600 000 réfugiés.

« Lorsqu'il est bien géré, l'accueil des réfugiés est un gain pour tout le monde », a-t-il souligné à l'ouverture d'une conférence internationale sur la question, à Genève.

Cette requête de l'ONU survient au moment où les troupes du régime de Bachar Al-Assad intensifient leurs frappes contre le groupe armé État islamique (EI).

L'offensive se poursuit, Assad évoque une reconstruction

Quelques jours après avoir récupéré la cité antique de Palmyre située au centre du pays, l'armée syrienne continue sa progression dans la région et tente de se rapprocher de la province de Deir Ezzor, un territoire stratégique largement détenu par l'EI.

Parallèlement aux avancées de son armée sur le terrain, le régime syrien participe activement, depuis la mi-mars, à des pourparlers à Genève en compagnie des partis d'opposition.

Les négociations ont pour but de relancer un processus de paix qui reposerait principalement sur la présence d'un organe de transition et l'élaboration d'une nouvelle constitution.

En entrevue avec une agence de presse russe, le président syrien Bachar Al-Assad a évoqué la nécessité de trouver un terrain d'entente entre les différentes parties et s'est montré particulièrement soucieux des efforts de reconstruction qui seront nécessaires après la guerre.

Selon lui, depuis ses débuts, le conflit syrien aurait coûté plus de 200 milliards de dollars en termes de dommages matériels.

La guerre en Syrie, qui a débuté en 2011 après une répression sanglante du régime, a fait plus de 270 000 morts et causé le déplacement d'au moins la moitié de la population.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.