Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Reda Kriket, suspect dans un projet d'attentat avorté en France, est mis en examen

Le Français Reda Kriket a été inculpé mercredi par un juge antiterroriste, d'après ce qu'a appris l'AFP.

Ces sources ont précisé que Reda Kriket a été mis en examen pour association de malfaiteurs, en lien avec une entreprise terroriste criminelle.

Cet homme de 34 ans, soupçonné d'appartenir à un réseau djihadiste, avait été arrêté en banlieue parisienne jeudi dernier. Reda Kriket est le principal suspect dans une affaire d'attentat que les autorités françaises sont parvenues à déjouer.

Lors de son arrestation, le ministre français de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, avait parlé de la mise « en échec [d']un projet d'attentat en France conduit à un stade avancé ».

Une perquisition effectuée dans l'appartement du suspect avait permis la découverte d'armes et d'explosifs.

Reda Kriket est en garde à vue depuis son arrestation.

Une feuille de route étoffée

De source judiciaire, on avait appris la semaine dernière que le nom de R. Kriket était apparu le cadre d'une information judiciaire, ouverte en novembre dernier, qui ne porte pas sur les attentats du 13 novembre 2015 à Paris et à Saint-Denis.

De plus, selon une source proche du dossier, le suspect serait lui-même passé par la Syrie. Il avait été condamné par défaut, en juillet dernier en Belgique, pour avoir participé à une filière d'acheminement de candidats au djihad vers la Syrie.

Lors de ce même procès en juillet, la justice belge avait également condamné Abdelhamid Abaaoud, soupçonné d'avoir joué un rôle-clé dans la préparation des attentats du 13 novembre, et Chakib Akrouh, tué avec Abaaoud dans un assaut donné par les forces de sécurité contre un appartement de Saint-Denis le 18 novembre.

En ce qui a trait à Reda Kriket, toutefois, le ministre de l'Intérieur français Bernard Cazeneuve avait souligné jeudi dernier qu' « à ce stade, aucun élément tangible ne relie ce projet [fomenté présumément par Reda Kriket] aux attentats de Paris et de Bruxelles ».

L'enquête est aussi menée aux Pays-Bas

Par ailleurs, il est à noter que la justice néerlandaise a procédé dimanche dernier à l'arrestation d'un autre Français, âgé de 32 ans, et ce, à la demande des autorités françaises. Cet homme, Anis B., aurait lui aussi séjourné en Syrie. Il est soupçonné d'avoir préparé une attaque contre la France avec Reda Kriket, à la demande de l'État islamique (EI).

Dans la foulée de l'interpellation d'Anis B., les autorités néerlandaises ont aussi arrêté trois autres individus. Ces raids aux Pays-Bas se sont déroulés au moment où l'Europe traverse une période particulière tendue dans la foulée des attentats qui ont fait 31 morts et 270 blessés à Bruxelles, le 22 mars.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.