DIVERTISSEMENT
30/03/2016 02:34 EDT | Actualisé 30/03/2016 02:38 EDT

«Prémonitions»: une famille pourchassée à addikTV

addikTV

Le public est friand de fictions d’envergure? addikTV, déjà spécialisée dans le genre avec ses acquisitions étrangères, a décidé de lui en donner encore plus, et des originales.

Déjà, la troisième saison de Mensonges est en ondes sur la chaîne (jeudi, 21h, avec un chapelet de rediffusions dans la semaine suivante) et, dès le jeudi 25 août prochain, on misera sur la nouveauté Prémonitions. On prévoit également un docu-fiction sur lequel on en apprendra plus prochainement.

La direction d’addikTV et la maison de production Encore Télévision ont levé le voile sur Prémonitions mardi matin, lors d’une conférence de presse tenue à l’Auberge Saint-Gabriel, dans le Vieux-Montréal. Sur papier, on devine que le thriller fantastique, tel que détaillé par son équipe de créateurs, s’avérera soit une saga de grande qualité qui pourrait implanter un style encore peu exploré à la télévision québécoise, soit un bide total et risible, dont on déplorera l’invraisemblance. On sera certainement curieux de découvrir.

Or, on nous promet que Prémonitions a «les moyens de son ambition». «On», c’est le trio de concepteurs Estelle Bouchard, Charles-Olivier Michaud et Patrick Lowe, qui sont à l’origine de l’idée. Estelle Bouchard, productrice au contenu, collabore avec Patrick Lowe, scénariste, depuis aussi longtemps que l’époque de la série 2 frères, au début des années 2000. Plus récemment, elle a bossé avec Charles-Olivier Michaud, réalisateur, sur la comédie Boomerang, dont la deuxième saison sera diffusée à l’automne. Tout ce beau monde était très emballé de vider son sac aux journalistes et de dévoiler, sans trop en dire, les grandes lignes de ce projet intriguant et pas banal.

Dons particuliers

Examinons de plus près. D’emblée, la distribution de Prémonitions fait saliver. Pascale Bussières, Marc Messier, Benoît Gouin, Éric Bruneau, Sophie Desmarais, Mikhail Ahooja et Jade Charbonneau incarneront les principaux personnages de ce suspense haletant et sans répit, au cœur duquel se trouve une famille traquée, pourchassée, reniée, qu’on cherche à éliminer.

C’est que tous les membres de ce «clan maudit», les Jacob, sont touchés par des dons. La mère, Clara (Pascale Bussières), ses enfants, Arnaud (Mikhail Ahooja) et Liliane (Sophie Desmarais), et ses petits-enfants, Félicia (Jade Charbonneau) et Romain, ont tous des aptitudes surnaturelles qui diffèrent d’un à l’autre, et qui les distinguent de la masse: lire l’avenir, un pouvoir de séduction exceptionnel, etc.

On garde le mystère sur la capacité propre à chacun; non seulement le téléspectateur démystifiera au fil des semaines ces «talents» bizarres, mais les Jacob, entre eux, ignorent même de quoi sont capables leurs proches. Seule la matriarche, Clara, en sait un peu plus que les autres sur son petit monde. De quoi attiser la confusion, la rivalité ou l’entraide au sein des troupes.

Et, soyons vigilants: un don n’est pas toujours automatiquement un cadeau. Prédire qu’on va remporter le magot à la loterie, c’est agréable ; ce l’est toutefois moins d’être en mesure de deviner qu’un individu qu’on aime va mourir. En filigrane, sans faire la morale et sans trop appuyer, Prémonitions abordera des thématiques actuelles comme l’identité, la différence et la protection de nos valeurs.

Clara et les siens tentent tant bien que mal de se fondre dans la société et de ne pas attirer l’attention avec leur côté marginal. Foncièrement bon, le groupe n’a aucune intention malveillante et n’aspire qu’à mener une existence normale, mais l’humain étant ce qu’il est, ses différences seront vite remarquées par le commun des mortels. D’où la chasse frénétique qui suivra.

Aucun détail ne sera insignifiant, dans Prémonitions. Même les prénoms de ces héros nouveau genre auront leur symbolique. Évidemment, tout un entourage se greffera aux Jacob, formé notamment d’un amour perdu (Benoît Gouin) et d’un nouvel amoureux, coincé dans un engrenage à cause de ses nouveaux «amis» (Éric Bruneau). Un «méchant» incarné par Marc Messier s’imposera vite comme l’ennemi numéro 1 de la bande. Chacune à sa façon, ces personnes subiront les frais de la chance (ou de la malchance!) qui colle à notre noyau-vedette.

Même si la prémisse de Prémonitions est fantastique et relève plus de la science-fiction que de la comédie feel good, on laisse présager un ton général qui sera très réaliste, et même urbain. Pas de lasers ou de créatures venues de l’espace, ici, mais plutôt des avocats véreux et des alliances surprenantes. On ne sollicitera même pas d’effets spéciaux pour matérialiser les pouvoirs de Clara et sa descendance. Et toute l’action sera bien campée en 2016, et non dans un obscur futur imaginé de toutes pièces.

Toutes les péripéties de Prémonitions se dérouleront, à l’écran, sur une période de 10 jours, et la première saison - une porte s’ouvrira sur une suite à la fin – comptera 10 épisodes d’une heure. Mais Prémonitions n’empruntera pas le format de 24 heures chrono, c’est-à-dire qu’un épisode n’équivaudra pas nécessairement à une journée dans la vie des protagonistes.

Le tournage de Prémonitions s’amorcera dans deux semaines, uniquement en location (hors des studios), à Montréal, Terrebonne, Varennes, Mont Saint-Hilaire et Lachute. Dans l’histoire, les Jacob fuiront Montréal pour aboutir dans un village fictif, Beltane, qu’on compare à Shawinigan.

Ginette Viens, vice-présidente marques et contenus, chez Québecor Contenu, et Suzane Landry, directrice principale, chaînes et programmations du Groupe TVA, ont précisé, mardi, qu’une stratégie de diffusion à grand déploiement sera mise en œuvre lors de la mise à feu de Prémonitions, afin que le premier épisode soit vu par le plus de gens possible. On construira aussi un site web complémentaire, à la hauteur de la production.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST