Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Libye: Washington soutient le gouvernement d'union, malgré la crise à Tripoli

La diplomatie américaine a apporté son soutien mercredi au pouvoir en Libye reconnu internationalement, malgré un nouvel accès de fièvre à Tripoli où les autorités non reconnues ont sommé le chef du gouvernement d'union de quitter la capitale.

Dans un communiqué, le secrétaire d'Etat John Kerry s'est félicité de l'arrivée à Tripoli, par voie maritime depuis Tunis quelques heures plus tôt, du chef du gouvernement d'union Fayez al-Sarraj.

"Le gouvernement peut maintenant commencer son travail crucial sur la large gamme de défis politiques, sécuritaires, économiques et humanitaires de la Libye", a plaidé le chef de la diplomatie américaine.

Mais à la minute où le département d'Etat publiait ce communiqué de soutien, le chef de l'autre gouvernement libyen non reconnu par la communauté internationale, Khalifa el-Ghwell, jugeait "illégal" le gouvernement de M. Sarraj et affirmait qu'il devrait "quitter" la capitale libyenne ou "se rendre".

M. Sarraj est soutenu par l'ONU, les Etats-Unis et l'Union européenne.

Réagissant lors de son point de presse, le porte-parole du département d'Etat John Kirby a dénoncé des "obstructionnistes qui tentent une nouvelle fois de bloquer un travail important".

"Nous sommes contents que (M. Sarraj) soit à Tripoli (...). Il y a vraiment besoin d'une bonne et solide gouvernance et nous allons continuer à la soutenir pour y parvenir", a réaffirmé le responsable américain, dont le pays s'alarme depuis des mois du chaos politique et sécuritaire en Libye, notamment de la montée en puissance du groupe Etat islamique.

nr/sha

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.