Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Libye: nouveau gouvernement à Tripoli, "une bonne nouvelle" (Ayrault)

L'arrivée du chef du gouvernement d'union nationale soutenu par l'ONU à Tripoli est une "bonne nouvelle" pour la Libye, a estimé mercredi le chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault, qui a salué une "décision courageuse".

"C'est une étape importante, on sait que beaucoup d'obstacles sont mis sur le chemin de ce gouvernement", a déclaré devant la presse le ministre français depuis Bangui où il effectuait un déplacement.

"La France est et continuera d'être aux côtés du gouvernement de M. Sarraj" face aux défis qui attendent la Libye, a-t-il affirmé, faisant notamment allusion à la progression de l'Etat islamique dans le pays.

M. Ayrault a également rappelé que "l'Union européenne a décidé d'adopter des sanctions à l'encontre de ceux qui s'emploient à retarder la prise de fonction de ce gouvernement et menacent ainsi l'unité, la sécurité et la stabilité de la Libye et de ses voisins".

Le chef du gouvernement libyen d'union nationale parrainé par l'ONU, Fayez al-Sarraj, est arrivé mercredi à Tripoli, accompagné par plusieurs membres du conseil présidentiel, malgré l'hostilité déclarée de la coalition de milices qui contrôle la capitale.

"C'est aujourd'hui, depuis Tripoli, capitale de tous les Libyens, que nous allons travailler", a déclaré l'un des vice-présidents du conseil présidentiel Ahmed Meitig sur sa page Facebook.

Le gouvernement d'union nationale a été créé en vertu d'un accord signé en décembre 2015 au Maroc et parrainé par l'ONU. Il est censé mettre fin au conflit qui oppose deux "gouvernements" rivaux siégeant l'un à Tripoli et l'autre à Tobrouk dans l'est.

L'arrivée de M. Sarraj a été saluée par l'Union européenne, qui y voit une "opportunité unique de se rassembler et de se réconcilier", et par l'ONU, qui a estimé que cela marquait "une étape importante dans la transition démocratique en Libye". Rome a également salué "un nouveau pas en avant pour la stabilisation de la Libye".

cf-cl/de

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.