Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Libye: des hommes armés s'emparent d'une télévision proche des autorités de Tripoli (journalistes)

Un groupe armé est entré de force mercredi soir dans le siège d'al-Nabaa, une chaîne satellitaire libyenne proche des autorités qui contrôlent Tripoli, expulsant les employés après avoir suspendu la retransmission, selon deux journalistes de cette chaîne.

"Un groupe d'hommes armés, dont certains en treillis, d'autres en civil, a fait irruption dans nos locaux (dans le centre de Tripoli), ont rassemblé les employés dans une pièce leur annonçant qu'ils n'avaient plus rien à faire ici", a raconté à l'AFP l'un des deux journalistes de cette chaîne.

Les programmes de la chaîne al-Nabaa se sont complètement arrêtés une demi-heure après qu'un bandeau rouge est apparu avec la mention "Urgent", annonçant que "les fils et les révolutionnaires de Tripoli ont fermé la chaine de la discorde et de l'instigation (à la haine)", menaçant de poursuite tous ceux qui y travailleraient à l'avenir.

"On nous a sortis des locaux, pris le contrôle et suspendu la diffusion. Aucun de nous n'a été blessé", a déclaré à l'AFP un autre journaliste sous couvert de l'anonymat.

Plus tôt dans la journée, cette même chaîne avait transmis les déclarations du chef de ce gouvernement Khalifa el-Ghwell qui a sommé Fayez al-Sarraj, chef du gouvernement d'union soutenu par l'ONU, arrivé dans la journée par la mer, de quitter Tripoli.

Des membres du parlement non reconnu siégeant dans la capitale s'étaient exprimés sur al-Nabaa pour dénoncer la venue à Tripoli de M. Sarraj sans l'autorisation des autorités sur place, qualifiant les officiers qui ont facilité cette opération de "traîtres".

Selon l'un des deux journalistes d'al-Nabaa, les hommes armés qui ont pris le contrôle de la chaîne "semblent être favorable au gouvernement de Sarraj".

mah/rb/fjb

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.