Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Espagne/Barça-Real: cinq clasicos marquants de l'époque Zidane

Cinq clasicos mémorables pour le mythique N.5 du Real Madrid: joueur, Zinédine Zidane a tout connu dans les confrontations contre le FC Barcelone, qu'il s'apprête à défier à nouveau comme entraîneur du club merengue samedi au Camp Nou (18h30 GMT).

Tout a bien commencé pour "ZZ": en novembre 2001, il a remporté son tout premier clasico, quelques mois seulement après son transfert retentissant au Real pour 75 M EUR, un montant record à l'époque.

Impliqué sur les deux buts madrilènes, inscrits par Fernando Morientes et Luis Figo au stade Santiago-Bernabeu, le Français a néanmoins dû attendre son deuxième clasico pour marquer à son tour.

Le 16 mars 2002 au Camp Nou (1-1) en Liga, Zidane ouvre le score d'un plat du pied en profitant d'un ballon mal dégagé par un défenseur barcelonais.

C'est sans doute son clasico le plus déterminant: en demi-finale aller de Ligue des champions au Camp Nou, Zidane réduit le Camp Nou au silence en ouvrant le score d'un lob subtil à la 55e minute de jeu.

Ce premier but puis le second, inscrit dans le temps additionnel par Steve McManaman (90e+2), mettent le Real sur la voie de la qualification, avant un match nul 1-1 au retour.

En finale, à nouveau buteur avec une volée d'anthologie, Zidane offre au Real Madrid sa neuvième couronne en C1 aux dépens du Bayer Leverkusen à Glasgow (2-1).

Ce match est parfois considéré comme le chef d'oeuvre de l'ère des "Galactiques", ces stars mondiales recrutées à coups de millions par le président Florentino Pérez lors de son premier mandat (2000-2006): le Portugais Luis Figo, le Brésilien Ronaldo, les Anglais David Beckham et Michael Owen signent un récital offensif au stade Bernabeu.

Zidane, lui, est à nouveau buteur pour l'ouverture du score: idéalement servi au second poteau par Ronaldo, "ZZ" marque d'une tête plongeante (7e).

Au passage, emporté par son élan, le Français heurte violemment le poteau, mais il pourra reprendre sa place et sera applaudi à sa sortie à la 89e minute.

La défaite la plus vexante pour Zidane intervient dès le clasico suivant, toujours au stade Bernabeu.

Le Français, de retour de blessure, ne pèse pas sur la rencontre.

Et avec un Ronaldinho époustouflant, le Barça donne une leçon de football et d'efficacité au Real (3-0), le gardien merengue Iker Casillas évitant même à son équipe un score plus large.

Ce clasico intervient quelques semaines avant que Zidane n'annonce la fin de sa carrière, effective à l'été 2006.

Son Real obtient à Barcelone un match nul méritant (1-1) malgré l'expulsion précoce de Roberto Carlos (26e).

Zidane, victime d'un choc en début de rencontre, souffre d'une contusion costale mais la presse sportive madrilène notera ensuite qu'il n'a jamais demandé à sortir en dépit de cette blessure.

C'est son ultime clasico, dix ans jour pour jour avant son grand retour au Camp Nou samedi.

jed/cto/dhe

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.