Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Dubaï: taxe de 9,5 dollars pour financer l'expansion des aéroports

L'émirat de Dubaï a imposé une taxe de 9,5 dollars pour chaque personne empruntant ses aéroports, dont le principal est considéré comme le premier du monde en terme de passagers internationaux, afin de financer leur extension.

La taxe de 35 dirhams s'appliquera après le 30 juin à tous les passagers, dont ceux en transit, selon une déclaration du gouvernement de Dubaï, publiée par l'agence officielle émiratie WAM.

Plus de 78 millions de passagers ont emprunté en 2015 l'aéroport international de Dubaï, devenu le premier du monde en terme de passagers internationaux depuis qu'il a surclassé celui de Londres-Heathrow en 2014.

Le mois dernier l'aéroport a porté sa capacité annuelle à 90 millions de passagers avec l'ouverture d'un nouveau hall de 1,2 milliard de dollars.

Dubaï a un autre aéroport, Al-Maktoum International. Ouvert en 2013, cet aéroport devrait atteindre une capacité de 120 millions de passagers par an, une fois sa construction achevée.

La taxe s'y appliquera aussi.

Le gouvernement de Dubaï a précisé, dans son communiqué, que la nouvelle taxe servirait à financer les expansions des aéroports de Dubaï.

Petit producteur de pétrole, Dubaï a une économie plus diversifiée que celle de ses voisins qui dépendent lourdement des revenus pétroliers.

Mais l'ensemble de la région est affectée par la baisse des prix du pétrole.

L'aéroport de Dubaï, située sur les grandes routes aériennes, notamment entre l'Asie et l'Europe, a connu une formidable expansion ces dernières années.

Une centaine de compagnies utilisent l'aéroport international de Dubaï, base opérationnelle de la compagnie Emirates, pour desservir plus de 240 destinations à travers le monde.

ak/mh/ras/nbz

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.