Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Une publicité de la marque Nobody's Child bannie pour avoir « sexualisé des enfants »

Les publicités de la marque de mode éthique Nobody’s Child ont été bannies pour avoir sexualisé des enfants.

L’Advertising Standards Authority (l’autorité qui gère la publicité au Royaume-Uni) a reçu plusieurs plaintes des gens qui soutiennent que les poses et l’expression faciale du mannequin sexualisaient quelqu’un qui a l’allure d’un enfant.

Quelqu’un soutenait même que les images, superposées au nom Nobody’s Child impliquaient que le mannequin posait comme un enfant vulnérable.

Nobody’s Child a répondu que le mannequin de 21 ans n’était pas sexualisé et ne pouvait pas être perçu comme un enfant ou vulnérable.

La compagnie a aussi expliqué la signification du nom de la marque. « Le nom Nobody’s Child a été choisi pour refléter le sentiment du public cible qu’ils n’étaient plus des enfants et étaient maintenant leur propre personne. »

« Le nom était donc une reconnaissance que le public cible avait atteint un âge où ils prendraient leurs propres décisions, étaient leur propre personne, plutôt que d’inspirer la vulnérabilité. »

L’Advertising Standards Authority a dit dans son jugement que la publicité était « plutôt sexuellement suggestive » et que la pose dans une des deux photos de campagne « suggérait la vulnérabilité ». Elle a aussi noté que malgré l’âge du mannequin (21 ans), elle apparaissait plus jeune, particulièrement dans le contexte du nom de la marque.

Le régulateur a décidé que les publicités ne devraient plus apparaître dans leur forme actuelle et a dit s’assurer que Nobody’s Child ne violerait plus les règles dans le futur.

Nos collègues du Huffington Post britannique ont contacté Nobody’s Child pour des commentaires.

Les polémiques mode les plus marquantes

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.