Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Accord Royaume-Uni/USA/UE pour échanger des déchets nucléaires dans un but médical

Le Premier ministre britannique David Cameron doit annoncer jeudi un accord entre son pays, la Communauté européenne de l'énergie atomique (CEEA ou Euratom) et les Etats-Unis pour échanger des déchets nucléaires dans un but médical, lors du sommet sur la sécurité nucléaire à Washington.

"Il va annoncer un accord historique avec les Etats-Unis et Euratom pour métamorphoser des déchets nucléaires en traitement contre le cancer", a déclaré une source gouvernementale britannique.

Selon cet accord, le Royaume-Uni va transférer 700 kilos d'uranium enrichi aux Etats-Unis pour y être stockés, tandis qu'en retour les Etats-Unis vont envoyer à Euratom de l'uranium enrichi "sous une forme différente pour être utilisé dans les réacteurs européens capables de produire des isotopes qui serviront ensuite à diagnostiquer et traiter des maladies dont le cancer de la thyroïde", a précisé cette source gouvernementale.

Selon la même source, il s'agira "du plus grand mouvement d'uranium enrichi jamais enregistré".

"C'est une opportunité pour le Royaume-Uni, les Etats-Unis et l'Europe de montrer comment des pays peuvent travailler ensemble pour gérer les déchets nucléaires parce que nous souhaitons voir davantage de pays adopter des solutions différentes concernant ces déchets. C'est une opportunité de montrer la bonne direction au reste du monde", a-t-elle ajouté.

Par ailleurs, M. Cameron doit annoncer la tenue, au Royaume-Uni, d'un exercice conjoint avec les Etats-Unis dans le cadre de leur coopération face à la possibilité de cyber-attaques contre le secteur civil nucléaire, a expliqué la même source gouvernementale, sans vouloir préciser la date de cet exercice.

Londres va aussi lancer un projet pour aider d'autres pays "à renforcer leurs capacités à faire face à des cyber-attaques", dont le Japon, la Corée du Sud, la Turquie et l'Argentine.

Le sommet sur la sécurité nucléaire, qui réunit jeudi et vendredi une cinquantaine de pays dans la capitale fédérale américaine, est le quatrième et dernier du genre, refermant un cycle lancé en avril 2010 par Barack Obama

oaa/eg/mct

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.