NOUVELLES
22/03/2016 10:52 EDT | Actualisé 23/03/2017 01:12 EDT

Washington "ré-examine" la participation chinoise à un exercice international

L'administration américaine "ré-examine" la participation de la Chine cette année à un grand exercice militaire international dans le Pacifique, la tension étant vive avec Pékin sur la question de la mer de Chine méridionale, a indiqué mardi le chef du Pentagone Ashton Carter.

La Chine avait participé pour la première fois en 2014 à RIMPAC, le plus grand exercice naval international qui associe tous les deux ans une vingtaine de pays dans le Pacifique, sous commandement américain.

Mais très vite après la participation chinoise, censée diminuer la méfiance entre les deux géants de la région Pacifique, des incidents avaient à nouveau fait grimper la tension.

Et les Etats-Unis dénoncent aujourd'hui la "militarisation" de la mer de Chine méridionale par Pékin, qui a construit des îles artificielles sur des récifs de l'archipel des Spratleys et y a installé des pistes d'atterrissage et des ports.

Les Chinois "ont une invitation pour RIMPAC" mais "nous continuons de la ré-examiner", a déclaré le ministre de la Défense Ashton Carter devant la commission des forces armées de la Chambre des représentants, à Washington.

"Notre stratégie dans la zone Asie Pacifique est de n'exclure personne", a expliqué le ministre. "Mais la Chine est en train de s'isoler elle-même" dans la région, poussant vers les Etats-Unis bon nombre de pays voisins, a-t-il expliqué.

"Nous sommes constamment en train de ré-évaluer" la position à adopter sur une participation chinoise à RIMPAC, a-t-il dit.

Le commandant des forces américaines dans le Pacifique, l'amiral Harry Harris, a averti récemment que la Chine pourrait finir par contrôler "de facto" la mer de Chine méridionale, une zone stratégique pour le commerce mondial.

Les Américains ont décelé la présence de batteries de missiles chinois dans l'archipel des Paracels et d'un radar sophistiqué dans l'archipel des Spratleys.

Ils viennent de conclure un nouvel accord avec les Philippines pour avoir accès à des bases militaires proches de la zone contestée.

RIMPAC 2016 doit avoir lieu en juin et juillet. RIMPAC 2014 avait associé 23 pays, une cinquantaine de navires, six sous-marins et plus de 25.000 hommes.

lby/elc