NOUVELLES
22/03/2016 13:34 EDT | Actualisé 23/03/2017 01:12 EDT

Un budget fédéral bien accueilli par le milieu de la culture

Le gouvernement de Justin Trudeau a dévoilé mardi ses engagements envers le milieu culturel à l'occasion du dépôt du budget fédéral.

Au cours des cinq prochaines années, les libéraux réinvestiront dans le Conseil des arts du Canada (550 millions), Téléfilm Canada (22 millions) et l'Office national du film (13,5 millions).

Le budget libéral confirme un réinvestissement de 675 millions de dollars sur cinq ans pour « moderniser et revitaliser » Radio-Canada à l'ère du virage numérique.

Au total, Ottawa injectera 1,9 milliard de dollars sur cinq ans dans le secteur des arts et de la culture.

Pour Lili Robert, directrice des communications à l'ONF, cette annonce met fin à près de 20 ans de réductions budgétaires à l'organisme.

« On va consacrer cet argent au coeur de notre mandat, c'est-à-dire la production d'oeuvres documentaires, d'animation ou interactives. Et on continue notre virage numérique, donc on va investir dans nos plateformes numériques et dans l'avancement de la numérisation de notre collection, qui compte 13 000 oeuvres. »

« Investissement historique »

Simon Brault, directeur et chef de la direction du Conseil des arts du Canada, ne mâche pas ses mots. Il estime qu'il s'agit d'un « grand jour pour les arts » au pays.

À l'instar de l'ONF, le Conseil des arts du Canada investira une partie de cet argent dans la transition numérique, le grand défi des organisations culturelles.

« L'argent va aller à la création, au milieu pour qu'il s'adapte au numérique et pour qu'on rayonne davantage au Canada et à l'international. »

Même son de cloche du côté d'Hubert T. Lacroix, le président-directeur général de Radio-Canada, qui a réagi par voie de communiqué au dépôt du budget.

« C'est une excellente nouvelle pour CBC/Radio-Canada et pour les Canadiens qui appuient la radiodiffusion publique. Ce réinvestissement est un vote de confiance du gouvernement et des Canadiens à l'endroit de nos émissions, de nos employés et de notre vision de l'avenir. »