NOUVELLES
22/03/2016 05:29 EDT | Actualisé 23/03/2017 01:12 EDT

Tuberculose: des associations tirent la sonnette d'alarme

Trois personnes meurent de la tuberculose chaque minute dans le monde et seulement 2% des patients ont accès aux nouveaux médicaments : plusieurs associations ont tiré la sonnette d'alarme à deux jours de la journée internationale de lutte contre la tuberculose.

Selon Coalition PLUS, qui regroupe plusieurs associations de lutte contre le sida dont l'association Aides, plus de 9 millions de personnes ont contracté la tuberculose et 1,5 million en sont décédées en 2014.

"Les personnes vivant avec le VIH sont particulièrement exposées à la tuberculose, la plus fréquente des maladies opportunistes liées au sida et la première cause de mortalité chez les personnes séropositives", note Coalition PLUS dans un communiqué, avant de souligner que la situation est préoccupante en Afrique, mais également en Roumanie "où des cas de résistance se multiplient faute d'accès aux traitements et aux soins".

Médecins sans Frontières (MSF) déplore de son côté que deux ans après leur approbation, deux nouvelles molécules - la Bédaquiline et le Délamanide - qui permettent de traiter des patients atteints de tuberculose multirésistante aux traitements les plus courants ne sont administrées qu'à 2% des patients qui en ont besoin.

"Après un demi-siècle d'attente, nous avons enfin de nouveaux médicaments qui pourraient sauver les patients les plus malades et il est très frustrant de ne pas pouvoir les proposer à tous ceux qui en auraient besoin", explique le Dr. Joseph Tassew, coordinateur médical de MSF en Russie, l'un des pays touchés par des cas de tuberculose multirésistante.

Selon MSF, les traitements les plus utilisés contre ces formes de tuberculose coûtent aujourd'hui entre 1.800 et 4.600 dollars par patient, soit nettement moins que les coûts relevés en 2011 (entre 4.400 et 9.000 dollars)

"Cependant, l'ajout des deux nouveaux médicaments et d'autres molécules nécessaires à la composition d'un traitement efficace pourrait à nouveau faire augmenter ce coût", note MSF qui milite pour que les laboratoires proposent des prix "abordables" à tous les pays en développement ainsi qu'aux plus touchés par la tuberculose.

"La tuberculose est curable ; pourtant, elle est aujourd'hui la maladie infectieuse la plus meurtrière dans le monde", souligne pour sa part le Dr. Grania Brigden, spécialiste de la tuberculose à la Campagne d'Accès aux Médicaments Essentiels (CAME) de MSF.

Coalition PLUS estime de son côté que "l'accélération de la riposte mondiale est indispensable" et invite le président français François Hollande et son homologue sud-africain Jacob Zuma qui doivent se retrouver mardi à Lyon, "à se mobiliser davantage pour répondre à la lutte contre la tuberculose et le VIH, véritables catastrophes sanitaires mondiales".

ez/fmi/nm